Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Henri Burns, un “artiste” jamais rassasié

mercredi 26 juillet 2017

 

Lutte - henri burns

Entre les combats de MMA, de jujitsu brésilien et de lutte, Henri Burns ne se ménage pas ! (© Photo : DR)


Henri Burns va montrer à quel point il a encore faim de victoires et… de gloire ! Ce matin, le champion s’envole en direction de la Nouvelle-Zélande où il participera samedi 29 juillet, pour la première fois de sa carrière de lutteur, au BLG fight night 1. Il affrontera le champion néo-zélandais de la discipline en -125 kg en lutte freestyle et gréco-romaine, Aaron Leha’uli.

Le aito du fenua, qui a débuté la lutte l’an dernier, n’a pas tardé à se faire une place parmi les meilleurs. Et participer à ce grand événement qui rassemblera, le temps d’une soirée, les meilleurs lutteurs du Pacifique, est une véritable aubaine pour le fighter.

Approché par le club Balmoral Lee Gar et invité par le célèbre coach néo-zélandais de kickboxing, Lolo Heimuli, Henri Burns ne pouvait décliner l’invitation. “Ce n’était pas prévu dans mes plans de cette année. Mais il y a trois mois, quand Lolo Heimuli m’a proposé de combattre, je ne pouvais pas dire non. C’est l’une des plus grandes rencontres de lutte en Nouvelle-Zélande. Et même si la lutte n’est pas mon objectif principal pour le moment, je me devais de participer à cette soirée. C’est quand même Lolo Heimuli, le plus grand coach de Nouvelle-Zélande qui m’a proposé d’y participer. Et puis si ça peut m’aider à percer dans le milieu, c’est bien aussi”.

 

“Je suis un Mixed Martial Artist”

 

Aujourd’hui, Henri Burns compte à son actif plus d’une vingtaine de combats, toutes luttes confondues. Champion de Polynésie, médaillé de bronze et d’or aux Oceania, le aito, qui enchaîne les victoires comme d’autres enfilent des perles, ne se repose cependant pas sur ses lauriers. “Je m’entraîne tous les jours à raison de quatre heures par jour. À la base, je suis un combattant de MMA (arts martiaux mixtes), je suis un “Mixed Martial Artist”. Donc lors de mes entraînements, je fais tout, je touche à tout et je m’entraîne sur tous les aspects du combat. Un jour, je m’entraîne lutte, un autre, je m’entraîne jujitsu, encore un autre, je
m’entraîne pieds-poings.”

Henri Burns, qui est un réel touche-à-tout en matière de sports de combat, se prépare aussi à son prochain face à face en MMA mi-août.
À côté de tout ça, il trouve encore du temps pour partager ses expériences et ses techniques auprès d’autres jeunes. “En ce moment, j’entraîne des jeunes de Heiri, un quartier de Faa’a. J’ai comme projet de les emmener aux Championnats du monde de jujitsu aux États-Unis. Du coup, pour payer les frais du déplacement, on vend des cocos glacés. Ça marche plutôt bien et surtout, c’est pour une bonne cause.”

En attendant ces futurs déplacements, c’est seul que le aito représentera le fenua, samedi, sur les tatamis néo-zélandais. Et parti comme il est, même s’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, Henri Burns devrait gonfler un peu plus son palmarès en lutte déjà fort bien pourvu.

 

Vaitiare Pereyre-Gobrait

469
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete