Habillage fond de site

Henri Burns domine le champion d’Europe de K1

dimanche 17 décembre 2017

Henri Burns va revenir au fenua avec deux médailles d’or en jujitsu et une coupe gagnée contre le champion d’Europe de K1.

Henri Burns va revenir au fenua avec deux médailles d’or en jujitsu et une coupe gagnée contre le champion d’Europe de K1.

L’enfant de Moorea a fait encore parler de lui dans l’Hexagone. Samedi, Henri Burns a battu le champion d’Europe en titre de K1, Steve Maniez. Il s’est imposé aux points face à la plus grande pointure d’Europe de la discipline.

Depuis plusieurs semaines, le Tahitien se forme et peaufine sa technique sur le Vieux Continent. Après avoir raflé deux médailles d’or en jujitsu brésilien, il y a deux semaines, sur les tatamis de l’Hexagone, c’est cette fois sur le ring de Saint-Fons près de Lyon que le aito a mis le feu. Confiant, le champion tahitien avait un seul objectif en tête : Je voulais le “tuer” dès le début du combat.”

Dès le départ, on s’est bien jaugé, j’ai essayé de casser ses jambes. Pour ne pas prendre de risques, j’ai voulu attaquer directement les “low-kick” pour lui faire mal et essayer d’arrêter son jeu. J’ai enchaîné coups de pieds bas et pieds-points, a raconté Henri.

Mais le combat aurait pu mal se terminer pour lui. Rappelé à l’ordre à deux reprises lors du combat de trois rounds, certainement pour des fautes dues aux réflexes acquis dans les autres arts martiaux, le Tahitien n’a heureusement pas commis la faute fatale qui aurait pu lui coûter la victoire (trois pénalités sont éliminatoires, NDLR).

Un peu plus petit et beaucoup moins expérimenté que son adversaire qui affiche déjà un sacré palmarès avec 33 combats à son actif, 27 victoires dont 12 par K.-O., Henri Burns ne s’est jamais laissé déstabiliser. “Je m’en fous de celui qui est devant moi. Je prends tous mes adversaires de la même façon, champion du monde ou de n’importe quoi. Pour moi, ce n’est rien. C’est juste un titre qu’on leur a mis au-dessus de la tête”, lâche Henri Burns.

Le Tahitien s’est formé au K1 auprès du champion Jérôme Le Banner et son coach Karim qui l’a pris sous son aile. Apparemment, les entraînements ont été efficaces car le aito a prouvé par la même occasion que la polyvalence disciplinaire est, pour lui, loin d’être une tare.

Et pour que la victoire soit encore plus belle, Henri Burns n’a pas hésité à mettre en avant sa culture. À l’annonce du résultat final, il a brandi le drapeau de Moorea sur le ring de Lyon et a offert au public un pa’oti endiablé. Et “ce n’est que le début. Le meilleur reste à venir”, a-t-il prévenu.

Vaitiare Pereyre-Gobrait

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete