Hinanui Cauchois : les systèmes défensifs des anciens Polynésiens

    dimanche 24 mai 2015

    Enfant faa’amu, Hinanui Cauchois revient sur sa terre d’origine, 19 ans après, bardée de diplômes. Passionnée d’archéologie, elle a notamment travaillé au ministère de la Culture de la Polynésie française.
    Elle a publié l’ouvrage Tressage, et enseigne actuellement en histoire-geo à au collège-lycée AMJ de Uturoa. Elle compte poursuivre
    ses recherches archéologiques. 
    Interviewée à son domicile de Raiatea, où elle réside aujourd’hui, elle explique ses recherches pour mieux comprendre l’habitat ancien polynésien. “Les fouilles que j’ai effectuées à Papetoai avaient pour finalité de découvrir des élément permettant de déterminer comment les anciens Polynésiens aménageaient leur habitat et leur environnement dans un contexte défensif. C’est ainsi que mes recherches bibliographiques et de terrain se sont plutôt orientées vers les systèmes défensifs aux îles de la Société, à l’époque pré-européenne, avant le contact. À l’époque il y avait de nombreux conflits entre des clans adverses, et les guerriers ont cherché des moyens pour protéger les leurs des agressions. Jusqu’à aujourd’hui c’est un domaine qui, contrairement aux marae et au peuplement ancien du fenua, a été très peu étudié.”

    Hinanui constate qu’il y a très peu d’archéologues sur le territoire et le déplore :

    “Motiver des jeunes qui pourraient être intéressés par ce patrimoine serait une avancée intéressante, car il y a tant à faire, y compris faire bénéficier l’enseignement local de l’avancée des recherches en archéologie. Ce qui est important, par rapport aux recherches que l’on fait, c’est d’approfondir notre compréhension de l’occupation ancienne de l’espace, notamment dans les vallées.”

    Ses recherches ont confirmé ce que l’on a mis au jour dans certains endroits de Tahiti, mais également dans la vallée de Opunohu, prouvant une installation assez tardive, au moins à partir du XIIIe siècle. “En bord de mer c’est plus compliqué parce que l’on a peu d’éléments. Le plus ancien qui a été trouvé pour l’instant, par une équipe américaine, c’est le XIe  siècle après JC (Moorea, dates similaires à Huahine). En revanche, dans la grande vallée de Papetoai les premières études et fouilles ont mis en exergue la construction des premières fortifications, au milieu de XVIe siècle.”

    Poursuivant avec ferveur le récit de ses observations, cette passionnée explique que si des systèmes défensifs ont été édifiés, c’est que des tensions persistaient entre certaines peuplades. “Pour avancer dans ces domaines, je me suis servie des toponymes (noms des terres) et c’est là qu’avec l’aide d’une experte en la matière, Eliane Tevahitua, on a pu confirmer le caractère défensif des sites. De ces noms, découle tout un champ lexical ayant une connotation guerrière, ou sur les ennemis, comme Tiri a’aito par exemple.”
    Le contact a apporté des changements d’habitudes : “À l’arrivée des Européens, il y avait beaucoup de monde dans les vallées, et quand les premières missions chrétiennes se sont installées en bord de mer, les gens ont abandonné les vallées.”

    De notre correspondant Jean Claude Bocher

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete