Hinarere Taputu retenue pour Miss Monde : entretien confidences

    mercredi 22 juillet 2015

    Nous l’avions quittée sous un déluge d’applaudissements dans les jardins de la mairie de Papeete. Les lumières s’étaient, un instant, détournées d’elle pour mettre en avant Vaimiti Teiefitu, la nouvelle Miss Tahiti. Hinarere Taputu devrait pourtant occuper le haut de l’affiche d’ici la fin de l’année avec sa participation à Miss Monde, le 19 décembre, en Chine. Après avoir fait vibrer la Polynésie lors de l’élection de Miss France, la belle se prépare pour représenter dignement notre fenua au niveau international. Retour sur l’annonce surprise de sa participation, sa préparation, son avenir professionnel. Interview confidence.

    Vous avez vu Sylvie Tellier quelques jours avant l’élection de Miss Tahiti 2015 et l’annonce de votre participation à Miss Monde. N’aviez-vous pas été tentée de lui demander si vous alliez représenter la France à l’élection internationale ? 
    Honnêtement, pas du tout. Je ne me suis pas posé la question. Camille Cerf, Miss France 2015, venait pour la première fois. On s’est connu à Miss France et, ensuite, nous avions échangé nos expériences, nos vies, moi sur mon île, elle dans sa région. J’étais contente par ce qui n’était alors que des mots, elle pouvait alors le voir en vrai. 
    Du coup, à ce moment-là, je n’ai pas du tout pensé à Miss Monde. Je m’étais dit que, si cela doit arriver, cela arrivera, mais tant que l’on ne m’en parlait pas… 

    Mais vous saviez que Hinarani de Longeaux avait participé à Miss Univers, il y avait tout de même une chance pour vous de participer à une élection internationale. 
    On ne sait jamais. C’était une possibilité. Je ne voulais pas trop espérer pour ensuite être déçue. J’ai attendu, je me suis dit que si cela arrivait, je serai la plus heureuse, et, si cela n’arrivait pas, c’est que quelque chose m’attendait ailleurs. 

    Parlez-nous de ce moment où elle vous l’annonce. Vous n’aviez rien vu venir ? Vous n’aviez, par exemple, pas vu l’écharpe Miss World France ? 
    Non, rien du tout. Nous sommes sorties des coulisses avec Camille Cerf pour nous placer derrière les rideaux avant d’entrer sur scène et remettre le titre à la nouvelle Miss Tahiti. Avec la pluie, il y avait quelques petits soucis techniques. Du coup, lorsque Sylvie Tellier m’a appelée sur scène, derrière, je n’entendais rien. Une des membres du comité m’a dit d’aller sur scène, je ne comprenais pas pourquoi Camille ne m’accompagnait pas. Je suis arrivée, Sylvie Tellier a commencé à dire qu’elle allait parler de mon avenir. Je me suis dit qu’elle allait me proposer de partir en métropole, parce qu’elle vient d’ouvrir une agence de mannequin et qu’elle a recruté des candidates à Miss France 2015, et je croyais qu’elle voulait aussi me le proposer. Et jusqu’à la dernière seconde, je n’y ai pas pensé. Quand elle a dit “on a toujours dit qu’il y a les plus belles femmes au monde en Polynésie”, je me suis dit “non, c’est pas possible”, et elle l’a finalement annoncé. Là, j’ai été, je sais pas (elle cherche ses mots) émue, surprise, heureuse. Je voulais crier, pleurer. En fait, il y a tout qui sortait en même temps. 

    Ce soir-là, la pluie a chamboulé le programme, vous n’avez pas pu faire vos “adieux” sur scène. Était-ce une déception ? 
    Non. La pluie a annoncé la bonne nouvelle. Quand tu es dans une ambiance où tout le monde est surexcité, heureux, tous ces petits paramètres ne sont rien au final. La pluie, ce n’est rien, elle est incontrôlable. Malgré tout, le comité Miss Tahiti a fait une belle élection. Vaimiti Teiefitu a été couronnée et je pense qu’elle va avoir une belle année. Mais au final, cela n’a pas été une mauvaise une soirée, au contraire. 

    Justement, que pensez-vous de Vaimiti Teiefitu ? 
    J’ai notamment eu l’occasion de partager des moments avec elle et les autres candidates à Moorea. J’ai aussi pu assister à certaines de leurs répétitions. On m’a toujours demandé qui je voyais bien me succéder. Mais c’est difficile d’y répondre, car nous avons la chance de pouvoir toutes les côtoyer et j’aurai été contente, que ce soit Vaimiti ou une autre. Maintenant, je l’ai suivie pendant la tournée des sponsors avec ses dauphines et notre belle Miss Heiva, et je pense que c’est une miss qui est très proche de la population, elle est très agréable. En tout cas, je lui souhaite de vivre une année aussi merveilleuse que celle que j’ai pu vivre. On ne le vit qu’une seule fois, il faut qu’elle profite parce que le temps passe vite et le soir de la remise de toute écharpe, tu vas te dire : “Oh non, cela fait déjà un an !” (rires)

    C’est ce que vous vous êtes dit ? C’était une tristesse d’arriver à la fin de votre règne ? 
    Oui, j’étais assez nostalgique, mais une bonne miss, c’est aussi celle qui sait laisser aux suivantes la chance de pouvoir vivre ce qu’elle a vécu. Et puis, comme on dit, nous sommes Miss Tahiti, nous faisons partie d’une grande famille. De toute façon, le comité fait en sorte que nous ne soyons pas laissées de côté. Il nous fait participer à des événements. 

    Propos recueillis par Florent Collet

    Lire l’intégralité de l’interview de Hinarere Taputu dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete