Hinavai et Rangitea, deux étoiles au parcours différent

    samedi 18 juillet 2015

    Petit bout de femme de 23 ans, Hinavai Raveino, du groupe hura tau Teva i Tai, a été sacrée meilleure danseuse de ce Heiva 2015. “Pour l’instant, je ne me rends pas encore bien compte, confie-t-elle. Parce que c’est d’abord un soulagement d’avoir fini ce Heiva, d’avoir fini toutes ces répétitions. Mais c’est une belle surprise en tout cas, je ne m’y attendais pas.”

    Cette victoire est une belle revanche pour Hinavai, qui avait déjà tenté sa chance en 2012 avec le groupe Hitireva, et surtout “un plus” dans sa carrière de danseuse. En effet, Hinavai Raveino a commencé la danse dès l’âge de 5 ans au conservatoire artistique de la Polynésie française, jusqu’à y obtenir la médaille d’or en 2012, la plus haute distinction décernée par cet établissement. “J’ai grandi là-bas et aujourd’hui, j’y travaille comme professeur de danse, poursuit-elle. Entre-temps, j’ai été dans beaucoup de groupes de danse pour faire le Hura Tapairu, le Heiva, et même un petit spectacle, Moemoea, qui était un mélange de danse contemporaine et de ‘ori Tahiti. Il est vrai que ce titre est un plus dans une carrière de danseuse. Avoir son diplôme du conservatoire, y être enseignante et, aujourd’hui, être meilleure danseuse au Heiva, c’est quelque chose de bien.”

    Le Heiva terminé, cette danseuse émérite qui vit de son art sait à peu près ce qui l’attend pour la suite. “Je continuerai à enseigner au conservatoire, parce que je ne veux pas quitter cet endroit. Par contre, j’ai ouvert mon école de danse l’année dernière à la Presqu’île et je continue cette année. Et puis j’ai quelques projets à faire à l’étranger, notamment des workshops au Mexique.”

     

    Concours interquartiers

     

    Pour Rangitea Bennett, son homologue masculin âgé de 23 ans également, c’est une toute autre histoire. La danse, ce n’est pas dans une école qu’il l’a apprise, mais en autodidacte, en participant aux festivités de son district, à Teva i Uta. “C’est plus par les concours interquartiers que j’ai commencé à danser, confie-t-il. Tous les mois de juillet, Mataiea fait son Heiva et met en compétition les différents quartiers. Je dansais dans certains quartiers, juste pour le fun, parce que j’aime la danse.” En décembre dernier, il a d’ailleurs gagné le concours de meilleur danseur organisé à Papeari. C’est ce qui l’a poussé à vouloir aller plus loin, jusqu’aux planches de To’ata, qu’il foulait pour la première fois en tant que danseur.

    Son titre de meilleur danseur obtenu au Heiva i Tahiti avec la troupe Tamarii Mataiea, il en fier. Pour lui, “ça montre encore plus mon attachement à ma culture, à nos valeurs”.

    Le Heiva terminé, ce jeune homme aux nombreux talents* compte se remettre à la musique. “Ça fait déjà un moment que j’ai terminé d’écrire un album, et je compte le sortir en fin d’année, explique-t-il. J’ai déjà enregistré six titres, il m’en reste six autres à enregistrer.”

    S’il n’est pas encore sûr de son programme en tant que Mister Tahiti, Rangitea Bennett sait déjà que le danseur qu’il est retournera au Heiva l’année prochaine.

     

    V.H.

    Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique.

    * Retrouvez une interview exclusive de Rangitea Bennett sur son parcours et l’incroyable réussite de sa famille, dans La Dépêche Dimanche.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete