Hitia’a – Qui a volé le panneau de Jacqui Drollet ?

    vendredi 7 octobre 2016

    panneau

    Planté trente minutes plus tôt, le panneau de la limite frontalière entre Hitia’a et Faaone a été dérobé. Seul reste en place celui implanté entre Hitia’a et Mahaena. (Photo : Jean-Luc Massinon)

     

    Planté vers 13 heures, le panneau a disparu dans les trente minutes qui ont suivi ! “Qui a fait le coup ?” se demande encore Jacqui Drollet, très désappointé. Car le maire n’était pas peu fier de faire installer aux deux extrémités de Hitia’a des panneaux d’entrée et de sortie de la commune.

     

    Le tavana, qui a payé de sa poche ces réalisations, avait opté pour une signalétique simple et sans fioritures. En haut d’un tube de 2,50 m, une pancarte en PVC blanc annonce l’entrée dans Hitia’a avec un “Haere mai” de bienvenue. De l’autre côté de la pancarte, pour les automobilistes sortants, sous le nom de Hitia’a, barré d’un trait noir, on peut lire cette fois “Haere ra” – au revoir. L’installation est moins luxueuse que dans certaines communes, mais elle a l’avantage de la lisibilité.

     

    À la bonne limite

     

    Mardi dernier, vers 8 heures, sous le contrôle de l’élu Alphonse Saminadame, le premier panneau a été installé au PK 34, à la limite entre Hitia’a et Mahaena. Vers 13 heures, le deuxième piquet a été planté au PK 43, à la limite entre Hitia’a et Faaone. Mais quand l’équipe est revenue à Faaone, trente minutes plus tard pour enlever les étais installés le temps du séchage du béton, le panneau avait disparu.

    Le ou les voleurs ont clairement donné des coups de barre-à-mine, pour arracher celui-ci de son bloc en béton de plus de 60 centimètres de profondeur. Et ils sont partis avec. Le tavana, qui n’a pas encore saisi la gendarmerie, est surpris de cette dégradation. Jacqui Drollet ne veut pas croire que la commune de Faaone en soit à l’origine, en raison d’un désaccord sur le positionnement du panneau.

    La frontière a en effet souvent changé de place à la bonne grâce des différents maires du district. Le tavana de Hitia’a s’était donc basé sur un décret de 1977, fixant comme limites le PK 34,220 à Mahaena et le PK 43,800 à Faaone pour déterminer l’emplacement des signalisations.

     

    À qui profite le crime ?

     

    Jacqui Drollet doute encore qu’il s’agisse d’un acte de protestation d’un riverain, lié à une revendication foncière. L’implantation a justement été faite dans la limite des 6,5 m de la route (propriété du Pays) et n’empiète donc pas sur une parcelle privée. Peut-on alors imaginer un acte de protestation politique ?

    Car la matérialisation du territoire de la commune, qui anticipe le processus de “défusion” engagé par Jacqui Drollet, a peut-être déplu à des opposants au projet de séparation. Sur place, le voisinage a bien entendu du bruit, mais n’a rien vu. Des automobilistes sont peut-être passés par là, au moment des faits, et pourraient apporter un témoignage.

    Extrêmement déçu, Jacqui Drollet demande simplement aux auteurs de remettre le panneau où ils l’ont dérobé, afin que la mairie le fixe à nouveau. À Mahaena, où l’autre panneau est toujours en place, le voisinage a été sollicité pour garder un œil sur l’installation. 

     

    J.-L.M.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete