Hitia’a – Bras de fer entre Edwin Teraiharoa et Richard Pere

    mercredi 20 janvier 2016

    Une guerre de voisinage confronte Edwin Teraiharoa et Richard Pere à Hitia’a. Le patron du CET de Hitia’a dénonce le comblement et la déviation d’une rivière et la création d’une route sans autorisation. L’ex-membre du CESC, représentant le monde de la pêche, a engagé des poursuites judiciaires contre son voisin, qui ne respecte pas les bornages.

    Ce n’est pas un simple problème de voisinage qui se joue au PK 39, à Hitia’a, mais c’est une véritable guerre que se livrent, depuis plusieurs mois, Edwin Teraiharoa et Richard Pere.
    Le patron du centre d’enfouissement technique (CET) de Hitia’a et l’ex-membre du CESC représentant le monde de la pêche ne se font pas de cadeaux… même le jour de Noël.
    C’est le 24 décembre dernier qu’Edwin Teraiharoa a transmis un courrier au directeur de l’équipement afin de lui signaler “la réalisation de travaux non autorisés” chez son voisin.
    Le dénonciateur reprochait à Richard Pere d’avoir comblé un affluent de la rivière Vaitiare, d’avoir dévié le cours d’eau et enroché une partie de la berge. Mais l’accusation portait aussi sur la réalisation d’une piste d’accès sur le plateau, qui aurait généré des coulées de boue dans la rivière.
    Selon Edwin Teraiharoa, “aucune étude technique, ni étude d’impact sur l’environnement n’ont été menées pour ces réalisations”.
    Du fait de la modification du cours d’eau, l’homme s’inquiétait également pour la sécurité des habitations en aval.
    Pour Edwin Teraiharoa, la route de pénétration ne serait pas liée à un soi-disant projet de lotissement sur les hauteurs. Le patron du CET pense que son voisin va surtout chercher à exploiter des rochers dans la montagne.
    Edwin Teraiharoa ne s’interdit pas de déposer une plainte pour demander à la justice que le cours d’eau soit rétabli.

    Parole contre parole

    Pour Richard Pere et sa compagne, qui gère le patrimoine de son père Simon Viri (le propriétaire), les agitations d’Edwin Teraiharoa démontrent la fébrilité de leur voisin à l’approche d’audiences du tribunal.
    En effet, le couple révèle être en bagarre judiciaire contre le patron du CET dans trois dossiers.
    Ce matin, au tribunal, il sera question de contester les bornages qui ont été réalisés par Edwin Teraiharoa. Les piquets ne seraient pas à la bonne place, et pire, le nouveau tracé pourrait bien faire tomber l’entrée du CET dans la propriété des Viri.
    En plus d’avoir saisi l’équipement pour dénoncer des irrégularités, Richard Pere attaque son voisin pour avoir déversé chez lui, un peu plus haut dans la vallée, des déchets inertes en provenance du chantier de démolition de l’hôtel Maeva Beach.
    Et quand son ennemi lui reproche d’avoir comblé un bras de rivière, Richard Pere ironise en demandant pourquoi l’affluent qui traversait le CET ne s’écoule plus ? Richard Pere et sa compagne ont d’ailleurs pu faire constater hier aux agents de l’urbanisme – dépêchés après le courrier de dénonciation – que leur cascade coulait encore, mais pas celle d’Edwin Teraiharoa.
    Richard Pere assure qu’il a eu l’autorisation d’enrocher et de dévier une partie de la rivière. Le chemin d’accès (qui aurait dû certainement faire l’objet d’une demande) devrait permettre à des géomètres d’accéder sur les hauteurs où le couple a effectivement l’intention de réaliser un lotissement d’une dizaine de fare.  
    La confrontation entre les deux voisins n’est pas prête de prendre fin.

    J.-L.M.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete