Hitia’a o te Ra – Rétablissement et augmentation des indemnités des adjoints

    jeudi 26 janvier 2017

    hitiaa o te ra

    Une ambiance de désaccord entre Flohr et Drollet a plané sur ce premier conseil municipal de l’année. (Photomontage : Jean-Luc Massinon)

     

    Après avoir baissé les indemnités des adjoints au maire pour payer la rénovation de l’éclairage public, la nouvelle majorité a voté le rétablissement et même l’augmentation de ces indemnités. Les propositions d’hier de Jacqui Drollet semblent agacer Henri Flohr.  Motivée par la défusion (en panne) de Hitia’a o te Ra, la coalition semble s’ébrécher.

     

    “Voilà, ça, c’est Jacqui.” L’expression, lâchée au terme du conseil municipal, ne vient même pas du tavana Dauphin Domingo, mais bien d’Henri Flohr. L’ancien maire de Papeno’o a quitté la salle sans un au revoir, visiblement agacé par son allié Jacqui Drollet. Cette première séance 2017 aurait-elle montré les limites de la coalition entre les deux hommes ?

    L’ambiance était “bizarre”, hier matin, à la mairie principale de Tiarei. Les élus, qui ne s’étaient pas officiellement revus depuis les fêtes de fin d’année, se sont souhaité une “bonne année” mais le cœur n’y était pas.

    S’il y a bien eu une embrassade entre Dauphin Domingo et Henri Flohr, c’est une poignée de mains seulement qui a été concédée entre Jacqui Drollet et Dauphin Domingo. Mais tout aussi “bizarrement”, le froid semblait bien plus palpable entre Jacqui Drollet et Henri Flohr. Dans les couloirs, on parlait de divorce du groupe majoritaire.

    Il n’y aurait d’ailleurs pas eu, comme d’habitude, de réunion préparatoire pour cette séance entre les deux partenaires. Cela viendrait-il de l’ordre du jour où est revenue la question des indemnités de fonction versées aux maires adjoints ? C’est Jacqui Drollet lui-même, dans un courrier à Dauphin Domingo, qui aurait proposé de rétablir les indemnités qu’il avait, quelques mois plus tôt, abaissées de 50 % à 5 %.

    En bon seigneur, Jacqui Drollet proposait même de les monter à 75 % ! À la mairie de Tiarei, on s’est pincé pour être sûr d’avoir bien compris. On a relu plusieurs fois le courrier avant de mettre la question à l’ordre du jour.  

     

    De 7 000 à 104 000 F d’indemnités

     

    Alors que l’année dernière, la coalition Drollet-Flohr n’a eu cesse de chercher à déstabiliser le maire actuel, il semble totalement contraire à la stratégie des frondeurs de permettre l’augmentation des indemnités.

    Henri Flohr dévoilait, en décembre dernier, dans nos colonnes, vouloir bloquer le budget 2017 pour contraindre le haut-commissaire à dissoudre le conseil municipal. Alors ce cadeau fait aux “ennemis” politiques a peut-être créé une cassure dans la majorité.

    Toutefois, la délibération a été adoptée à l’unanimité. Les adjoints, dont les trois du clan Drollet, vont repasser de 7 000 F à un peu plus de 104 000 F (139 000 F pour les 100 %) ; les maires délégués de 10 000 F à plus de 162 000 F.

    La seconde délibération, bien que banale, a failli mettre au jour le malaise. Car le maire de Hitia’a a présenté une demande autorisant le branchement au réseau EDT, dans le cadre d’une extension de l’éclairage public dans la zone de Mahateaho (après la mairie). Il y a eu débat entre élus, d’autant que de nombreux dossiers de demande de prise en charge pour d’autres communes et pour des particuliers sont toujours en souffrance.

    Le clan de Dauphin Domingo a naturellement voté contre. Et lors du décompte, un trou d’air s’est formé autour d’Henri Flohr. Les ex-Tahoera’a attendaient visiblement la consigne du chef… Henri Flohr avait-il l’intention de désavouer son allié Jacqui Drollet en s’abstenant ou en votant contre également ? Les secondes ont paru durer des minutes… Et l’ordre de voter “pour” a finalement été donné.

    Dans cette confusion, le directeur général des services a dû procéder à un deuxième comptage des voix. Les 19 de la majorité étaient toutes là.
    Une ambiance pesante s’est ensuite installée jusqu’à la dernière délibération de l’ordre du jour. Mais toutes ont été adoptées sans accroc, pour le plus grand plaisir de Dauphin Domingo. 

     

    J.-L.M.

     

    Henri Flohr, ancien maire de Papeno’o : « Voilà, ça, c’est Jacqui »

    henri flohr

    (© Jean-Luc Massinon)

    Éclipsé sans regarder derrière lui, Henri Flohr a réagi avec beaucoup de réserve sur la séance du matin qui semblait le chagriner : “Jacqui Drollet a décidé l’année dernière de baisser les indemnités et de prendre ces sous pour réparer l’éclairage public. Comme il a vu que tout a été fait, il remet en place les indemnités. Cette délibération a été votée à l’unanimité… On est là et on soutient. Voilà, ça, c’est Jacqui (Drollet, NDLR). Mais ce ne sont pas nos sous, ce sont leurs indemnités.”

    Jacqui Drollet l’aurait-il fait aussi pour les élus de son camp ayant des fonctions d’adjoint ? L’ancien maire de Papeno’o pense qu’il y a de ça aussi : “C’est ça, ce n’est peut-être pas aussi évident…” On peut juste s’étonner que l’effort d’économie ne soit pas poursuivi : “Ce ne sont pas nos indemnités, ça ne nous touche pas directement, peut-être indirectement…” Quant à la question de la solidité de la coalition, Henri Flohr, peu convaincant, répond : “On reste sur la défusion !”

     

    Jacqui Drollet, maire de Hitia’a : « Il était normal de restituer ces indemnités »

    jacqui drollet

    (© Jean-Luc Massinon)

    Pour le maire de Hitia’a, il ne s’agit pas d’un retour en arrière : “Quand nous avons demandé au maire de rétablir l’éclairage public, il a avancé qu’il n’avait pas de financement. Nous avons, nous, recherché ce financement et l’avons trouvé dans la baisse des indemnités. Cela correspondait à ce qu’il fallait et ce financement a été accordé pour la rénovation de l’éclairage public. Puisque l’éclairage public a été rétabli, nous avons estimé qu’il était normal de restituer ces indemnités à la hauteur voulue par la chambre territoriale des comptes.”

    Cette décision n’a visiblement pas été motivée par le fait que le groupe de Jacqui Drollet compte trois adjoints : “À partir du moment  où les requêtes adressées ont été satisfaites, c’est une question de principe. Nous n’avions pas intérêt à baisser pour baisser, mais c’était pour volontairement payer cet éclairage public.”

    Le tavana n’y a pas vu une source d’économie à poursuivre : “Le débat peut être élargi. Je n’ai pas voulu pénaliser plus que ça les adjoints parce qu’ils ont quand même aussi des charges et en ont besoin.”

    Cette position a-t-elle froissé Henri Flohr ? Jacqui Drollet ne le pense pas : “Ils ont accepté. Il y a eu un vote à l’unanimité.” La stratégie dévoilée par Henri Flohr de bloquer le budget et pousser à la dissolution du conseil municipal était-elle toujours la même ?

    Le tavana de Hitia’a ne s’est pas avancé : “Pour l’instant, le conseil municipal, convoqué par le maire à la suite du mail que je lui ai adressé (pour rétablir les indemnités, NDLR), a proposé un certain nombre de délibérations favorables au développement de la commune, et notamment pour la caserne des pompiers, les ordures ménagères et pour la sécurité. Donc tous ces points-là ne se discutent pas. Maintenant, quand il va y avoir le compte administratif et les propositions de budget, ça risque d’être un peu plus saignant.”

    Donc tout va bien dans la coalition ? Jacqui Drollet assure qu’il n’y a pas de querelles avec Henri Flohr : “Pourquoi voulez-vous qu’il y en ait ? Tout va bien dans le meilleur des mondes. Le ciel est bleu.”

     

     

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete