Hitia’a o te Ra – La défusion créé la confusion

    lundi 25 janvier 2016

    Surprise vendredi dernier au conseil municipal de Hitia’a o te Ra. Alors que la procédure de défusion est lancée depuis pratiquement un an maintenant et qu’elle a été par deux fois confirmée par les élus du conseil municipal, le tavana de la commune, Dauphin Domingo, a souhaité présenter une délibération pour stopper la procédure.
    Il s’agit d’un sujet qui est très politique. Le haut-commissaire n’a pas caché ces derniers mois que cette proposition, pourtant déjà entérinée par deux fois en conseil municipal, n’était “pas une très bonne idée”. Henry Flohr, qui a toujours été un partisan de cette défusion (il était aussi l’artisan du retour au vote dans la commune après les municipales de 2013) a, de son côté, insisté en début de séance pour qu’un vote ait quand même lieu pour confirmer la volonté des élus manifestée jusqu’alors. Imbroglio général. Peut-être relayait-il l’inquiétude de certains élus, même si elle n’a pas été formellement exprimée, que Dauphin Domingo ait subi une “pression” de la part du représentant de l’État.
    Le maire UPLD, qui semble depuis quelque temps faire marche arrière sur le sujet (lire La Dépêche du 29 octobre), n’a pas abordé les choses sous cet angle et a expliqué que les derniers événements climatiques ont montré combien ces petites communes sont fragiles et n’ont pas les moyens de répondre financièrement à des accidents naturels de ce genre. Il n’est toutefois pas question pour lui de remettre en cause la procédure qui a été lancée.
    Le secrétaire de mairie, Jean-Claude Apuarii, a ainsi annoncé qu’un arrêté du haut-commissaire était en cours de rédaction pour désigner le commissaire enquêteur qui veillera au bon déroulement de la suite des opérations.
    Une enquête publique est prévue pour la période du 7 mars au
    9 mai, durant laquelle des registres seront mis à disposition de la population pour exprimer ses souhaits. Des permanences dans les mairies annexes et des réunions d’information dont les dates seront précisées ultérieurement seront également mises en place. La délibération de Dauphin Domingo ne sera finalement pas présentée. Une délibération qui n’aurait de tour façon pas trouvé de majorité.

    De notre correspondant C.J. avec B.P.

    Des motivations politiques et économiques diverses

    La “défusion” des communes de Hitia’a o te Ra permettrait à chacune des mairies, aujourd’hui annexes, de gérer de manière indépendante leur budget, mais cela modifierait aussi la nomination de leurs maires. Curieusement, les positions prises par les uns et les autres opèrent des clivages qui ne sont pas entre majorité et opposition. Ainsi, Jacqui Drollet, le maire délégué de Hitia’a, élu UPLD en 2014, a fait de cette défusion son cheval de bataille. Il s’est souvent plaint d’une gestion antérieure, qu’il estimait déjà l’an passé, “peu équitable” dans la répartition des fonds budgétaires aux différentes sections de la commune. De son côté, l’ancien maire de Hitia’a o te Ra, Henri Flohr, largement majoritaire à Papeno’o lors des élections de 2014, s’est vu privé de son siège du fait de la désignation du titulaire du poste par la majorité élue… sur l’ensemble des quatre communes. Les motivations sont donc différentes et les uns et les autres s’en expliqueront lors des réunions d’information qui auront lieu du 7 mars au 9 mai.

    Les travaux après les inondations

    Les élus se sont réunis, vendredi dernier, pour un conseil municipal essentiellement technique. Une douzaine de délibérations étaient au menu de cette réunion dont la majorité concernait des acquisitions, des autorisations diverses ou encore l’approbation de financements. La plus importante parmi celles-ci concernait le dossier technique et le plan de financement relatifs aux travaux de remise en état des conduites d’alimentation en eau potable qui ont été sérieusement endommagées lors de l’épisode orageux du 12 décembre dernier. Le montant de ces travaux est fixé à 63 millions de francs dont le maire, Dauphin Domingo, a indiqué qu’ils seraient financés à 90 % par le Pays, la commune ayant à sa charge les 10 % restants.  Une délibération, qui a été introduite juste avant la séance et qui a été votée, a par ailleurs autorisé le maire à signer une convention de formation facultative en faveur des sapeurs-pompiers de la commune.
    Celle-ci sera prise en charge par la municipalité à hauteur de 11 164 F par jour de formation et par stagiaire.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete