Hitia’a o te Ra – La mutinerie continue au conseil municipal

    mercredi 13 avril 2016

    Jacqui Drollet et Henri Flohr, forts de 18 voix contre 11, viennent de rejeter l’adhésion à la communauté des communes du Sud, au profit du projet de défusion.  Il y a trois semaines, la nouvelle coalition a rendu impossible l’examen du budget 2016. Les mutins ont encore imposé, hier matin, leur loi au conseil municipal.

    Si Bougainville a laissé une marque de son passage à Hitia’a en 1768, c’est davantage l’histoire des révoltés de la Bounty qui semble inspirer le tavana de cette commune.
    Tel Christian Fletcher qui a mené un acte de piraterie contre le capitaine Bligh, Jacqui Drollet s’est une fois de plus mutiné contre Dauphin Domingo lors du conseil municipal de Hitia’a o te Ra.

    Hier matin, à la mairie de Tiarei, comme il y a trois semaines lorsque les pirates ont rendu impossible le vote du budget 2016, la nouvelle majorité a pris possession de l’ordre de jour et a dicté sa loi.
    Avec 18 voix contre 11, Jacqui Drollet et son allié de circonstance, Henri Flohr, ont fait annuler une délibération de décembre 2014, où le conseil municipal se disait favorable à son entrée dans la communauté des communes du Sud (avec Taiarapu-Ouest et Est, et Teva i Uta).

    L’idée était de mutualiser les moyens de ces quatre communes. Mais cette délibération semblait déjà aller à l’encontre d’une demande de défusion formulée quelques mois plus tôt (juillet 2014). Dauphin Domingo avait pu compter, à l’époque, sur les voix des Tahoera’a.

    Et alors que la commune se trouve en pleine enquête publique pour la défusion, voilà que le haut-commissaire demande à nouveau Hitia’a o te Ra de se prononcer sur le périmètre géographique de cette future communauté et d’approuver les statuts de ce futur syndicat des communes du Sud.

    La défusion est imposée maintenant

    C’était compter sans Jacqui Drollet, qui, plus que jamais dans son objectif de défusion, a demandé d’annuler la délibération de décembre 2014 en contradiction avec la volonté de la nouvelle majorité de séparer les communes de Hitia’a o te Ra.
    Les élus ont refait, hier matin encore, le débat de la défusion. Avec ceux qui craignent que les communes ne s’en sortent pas financièrement.

    Et Jacqui Drollet qui démontre le contraire. Mais le maire délégué de Hitia’a sait qu’il peut compter sur son allié de Papeno’o. Comme il y a trois semaines, l’acte de piraterie a donné raison aux rebelles flibustiers.
    Les autres délibérations proposées au vote par Dauphin Domingo ont également été kidnappées par les mutins. Jacqui Drollet à la manœuvre a demandé d’ajourner la délibération portant adoption du dossier technique et le plan de financement des travaux de rénovation de la caserne des pompiers de la commune.

    Toujours avec la vision finale de défusion, le meneur de la nouvelle majorité a demandé la création d’une commission pour étudier ce dossier, en imposant à la proportionnelle quatre membres de cette nouvelle majorité et deux pour le maire Domingo.
    Même chose pour l’autre délibération portant sur la durée de constitution des provisions pour le risque d’irrécouvrabilité. La commune a actuellement 160 millions de francs d’impayés des administrés.
    L’État propose de constituer cette provision en huit ans, le maire propose dix ans, mais dans l’objectif de la défusion, la nouvelle majorité impose trois ans.

    Là encore, une commission fera une proposition lors d’un prochain conseil municipal. L’ancienne majorité Tavini-UPLD, aujourd’hui minoritaire, grogne plus ouvertement contre le chef des mutins qui était dans leur camp pour gagner les dernières élections municipales.
    Interrogé sur son acte de piraterie, Jacqui “Fletcher-Drollet” corrige avec humour qu’il s’agit d’un acte de piraterie “démocratique”. 

    J.-L.M.

    Le maire de Papeno’o réclame des réponses

    Si le maire délégué de Mahaena, Victor Tchoung, trépigne sur sa chaise lorsque Jacqui Drollet prend la parole et monte le ton toujours un peu plus pour lui répondre, le discret maire délégué de Papeno’o sort également de son silence pour faire entendre ses désaccords. Vetea Avaemai rappelle que lors la campagne municipale de 2014, il avait été essentiellement question de la défusion dans les réunions publiques, mais le maire délégué regrette que depuis la victoire, le sujet n’ait pas été débattu : “On a mis ce thème en avant, mais on n’a pas encore résolu les problèmes que présente cette défusion. Je reste pour la défusion, mais après le rapport de l’enquêteur, il faut remettre ce dossier devant la population pour voir tous les problèmes.”

    Le tavana de Papeno’o ne fait pas les mêmes calculs que Jacqui Drollet qui se contente de diviser le budget de Hitia’a o te Ra en quatre au prorata du nombre d’administrés dans chaque commune associée : “Il faut voir les charges des personnels, 175 millions de francs. Il y a la pompe à eau qui se situe à Papeno’o et qui représente 15 millions de francs par an. On arrive déjà à plus de la moitié du budget que prévoit Jacqui Drollet pour Papeno’o. Mais est-ce vraiment cela ? Comment va se faire la distribution du personnel ? Si les pompiers restent ensemble, que deviennent les muto’i ? Nous n’avons pas toutes ces infos. Rien n’est écrit. Nous n’avons discuté de rien encore.”
    Le maire délégué n’est pas davantage en accord avec la prise du pouvoir sur le conseil municipal : “Jacqui Drollet veut absolument être maire à Hitia’a, et Henri Flohr fait sa politique. On nous dit même qu’à Papeno’o, on va chercher les gens chez eux pour aller signer les registres de l’enquête publique.” Vetea Avaemai considère que l’union a volé en éclat.

     

    Major Tom 2016-04-13 20:04:00
    "La Défusion", saison 5 ou 6 ne sait plus, avec le Che dans le rôle principal, ça devient ridicule !!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete