Hitia’a o te Ra : les savoir-faire traditionnels à l’honneur

samedi 13 juin 2015

Dans son écrin de verdure, situé sur les hauteurs qui surplombent la vallée de la Vaihi, c’est le grand préau du collège qui accueillait les stands, les fare, séparés par des rideaux de pareu multicolores. L’atmosphère était à la fête, les élèves découvrant les multiples facettes du savoir-faire traditionnel grâce à des ateliers concoctés depuis deux mois par le professeur de tahitien, Mme Hoareau, et le professeur d’histoire, M. Viriamu. Quatorze stands en tout où les jeunes, toutes classes confondues, pouvaient découvrir, apprendre ou se perfectionner dans l’une des disciplines proposées : du tressage de fibres végétales à la fabrication de couleurs à base de pigments naturels, en passant par les jeux de ficelles, la fabrication du mono’i ou encore tuira’a hei, le tressage de couronnes végétales… Pour tous, c’était aussi un moyen d’exhiber de magnifiques couronnes de fleurs et, pour les garçons, l’occasion d’enlever pendant un moment les éternelles casquettes qui sont désormais le couvre-chef uniforme des adolescents. Puis vint le moment du spectacle qui demanda une astuce ingénieuse de mise en scène de la part des organisateurs.
Le public, au milieu du préau, était invité à se retourner alternativement d’un côté ou de l’autre pour assister ici à des prestations de danse, et là à celles de chant. Un jeu auquel tous se prêtèrent bien volontiers. La matinée s’est terminée par un repas copieux à la cantine. Au menu, sashimi et poisson cru…

“Une vraie culture de la réussite scolaire”

Marie Michel, arrivée il y a deux ans à la tête de l’établissement, quitte la Polynésie à la fin de cette année scolaire. Elle est affectée à La Réunion, d’où elle est originaire. Ayant dirigé un collège à Chantilly, dans le département de l’Oise, en région Picardie, elle s’est retrouvée dans un tout autre univers en découvrant la Polynésie.
Succédant à Thierry Delmas, qui avait ouvert le collège à des activités extérieures, elle a voulu poursuivre et compléter l’œuvre de son prédécesseur. “L’ouverture était indispensable et a permis de désenclaver cet établissement excentré, loin des activités culturelles de la ville”, reconnaît Marie Michel, qui explique avoir hérité d’une “situation confortable” après le travail engagé sur plusieurs plans par Thierry Delmas. “Ce qui m’a permis de recentrer le collège sur le cœur même de notre métier : la pédagogie. Et pendant ces deux ans, on a mené un travail extraordinaire. On a fait en sorte que l’élève soit au centre des apprentissages.”
Et à ce titre, la directrice tient à souligner la participation active de tous les enseignants “qui ont accepté d’être bousculés dans leurs pratiques pédagogiques”. Avec un résultat dont Marie Michel se réjouit. “On a pu mettre en place une vraie culture de la réussite scolaire et établir un contrat de confiance avec les élèves, en montrant que chacun est capable de progresser, à sa manière. Ce qui a permis aussi aux enseignants de travailler ensemble.”
C’est le flambeau qu’elle va transmettre à la prochaine directrice de l’établissement. Lors de la prochaine rentrée scolaire, c’est une Polynésienne, Patricia Lamaud, actuelle adjointe du principal du collège de Papara, qui prendra en main les destinées du collège de Hitia’a o Te Ra. 

De notre correspondant C.J.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete