Hitia’a o te Ra – Végétaux, boues… 30 000 m3 de déchets seront triés

    mercredi 6 janvier 2016

    ÀPapeno’o, au PK19,5, 30 000 m3 de déchets provenant des vallées, des rivières et des routes déblayées après les inondations du
    12 décembre ont été amassés sur des dizaines de mètres le long de la chaussée. “Que faire de ce mélange ?”, s’interroge aujourd’hui la direction de l’équipement.
    Outre les troncs d’arbres, branches et autres déchets végétaux, quelques boues et débris ménagers (réfrigérateurs, fours…) s’amoncellent. Et des particuliers viennent désormais y ajouter leurs ordures… “Ce n’est pas une mince affaire”, reconnaît Bruno Gérard, le directeur adjoint technique de l’équipement.
    Un plan d’action a été arrêté : dans un premier temps, les bois nobles voués à la menuiserie ou la sculpture seront mis de côté et traités, tandis que les bois de moindre valeur seront stockés ou laissés à pourrir dans un endroit clos. “On pensait les broyer, mais comme il y a la fourmi de feu, on préfère les stocker sur un terrain déjà infesté”, explique Bruno Gérard. Un emplacement aurait été repéré par la direction de l’équipement, qui attend les résultats d’analyses d’ici à la fin de la semaine pour vérifier sa stabilité.
    La présence de la fourmi de feu n’est pas véritablement avérée, “mais il n’est pas improbable qu’on l’ait ramassée”, avertit le directeur adjoint technique. D’autant plus que la zone était déjà infestée. “La fourmi de feu, aujourd’hui, s’est propagée un peu partout…”, confirme laconiquement le maire délégué de Papeno’o, Vetea Avaemai.

    “Ça risque d’être assez long”

    Pour lui, le vrai problème est le temps qui passe et le risque de déversement des débris dans l’océan. “Parce que là, il pleut encore, déplore-t-il. Mais au niveau de la commune, on n’a pas de terre pour accueillir tout ça.”
    Dès le feu vert des analystes, une proposition sera faite en conseil des ministres pour qu’il entérine la location du terrain. “La direction de l’équipement devrait pouvoir commencer l’opération de tri dès cette semaine”, annonce Bruno Gérard, qui prévoit l’embauche de travailleurs en contrat à durée déterminée. Ensuite, “ça risque d’être assez long”, prévient-il. La sélection des bois sera effectuée petit à petit, puis les boues et les déchets ménagers restants seront orientés vers le centre d’enfouissement technique.
    Une question de semaines ? De mois ?
    Le tavana délégué de Papeno’o se dit “inquiet” à la vue de ces amoncellements en bord de chaussée, mais loin de critiquer le Pays, il souligne au contraire sa grande disponibilité depuis le début des inondations. “C’est arrivé d’un coup comme ça, et le Pays a été là, note-t-il. Et il l’est toujours avec l’Équipement pour nettoyer les rivières, les curer et les enrocher.”
    Quant à savoir pourquoi c’est le PK 19,5 qui a été choisi pour accueillir cette décharge provisoire : “Il faut se remémorer le contexte, la situation de crise du 12 décembre, rappelle Bruno Gérard. Il a fallu parer au plus pressé : libérer les axes routiers pour que les secours puissent agir, et désengorger les rivières pour empêcher de nouveaux débordements. Ce site était à proximité et, l’avantage, c’est qu’il n’y a pas d’habitations autour, donc il n’y avait pas de danger immédiat pour la population.”
    Le risque proviendrait plutôt de la rivière, située en contrebas, qui avait débordé pendant les crues. Afin d’éviter tout écoulement dans l’océan, les déchets les plus proches du cours d’eau seront les premiers à être triés.

    Marie Guitton

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete