Hiva Oa – Gestion de l’environnement. Des dossiers à faire avancer

    jeudi 15 septembre 2016

    environnement

    Charles Bonno, président de l’association “Te Mehoa Nui o te fenua enata”, à droite sur la photo, avec des membres de son association qui arpentent les rues de Atuona pour récolter les déchets dispersés sur la voie publique. (Photo : G Guyot/LDT)


    Ramasser c’est bien, protéger c’est encore mieux

     

    Samedi, une journée de sensibilisation et d’action pour la protection de l’environnement a été organisée sur l’île de Hiva Oa.

     

    Cette fois, c’est l’association “Te Mehoa nui o te fenua enata” qui a pris l’initiative de cette journée de septembre. Son président, Charles Bonno, est un fervent défenseur de l’environnement et œuvre toute l’année à cet effet dans son village de Hanaiapa.

    Cette journée d’action a été conjointement préparée avec les autres associations de l’île, le SMA (Service militaire adapté) et en coopération avec la commune et les différents services comme les TP et le SDR (Service du développement rural). Tôt le matin des équipes, munies de sacs et de gants fournis par la commune, sont parties arpenter les rues de Atuona mais aussi celles des autres vallées de l’île, Puamau, Taaoa, Nahoe, Hanapaoa. D’autres ont ramassé les déchets le long de la plage et le SMA s’est vu confier le nettoyage de la route entre l’aéroport et le village.

    Une action qui permet de ramasser papiers, bouteilles plastiques, canettes qui salissent le bord des routes, jetées là par incivisme ou négligence, notamment lorsque des voitures transportent des ordures au dépotoir dans des sacs mal fermés et que papiers et plastiques s’envolent tout au long de la route.

    Ce dépotoir pose d’ailleurs un problème récurrent à Hiva Oa. Le projet du maire de créer un Centre d’enfouissement technique (CET) ayant été refusé il y a quelques années par les services du Pays, tout a dû être remanié et le site actuel faisant l’objet de revendications foncières, un transfert a donc été demandé pour un autre terrain une surface de 20 hectares.

    L’accord a été donné pour 6 hectares seulement. “C’est insuffisant”, déclare le maire, Étienne Tehaamoana : “Nous devons prévoir dès à présent les extensions pour les accès, prévoir l’emplacement de nouveaux casiers, une partie réservée aux déchets verts et à la production de compost. Les pourparlers avec le Pays avancent et j’espère que l’accord sera signé prochainement.

     

    Un conteneur qui fuit

     

    Parallèlement, les études pour la réalisation progressent. Le maire ajoute :“Nous travaillons également avec les services de l’État. Des subventions sont accordées pour ce genre de projet et ses services travaillent en collaboration avec des entreprises, spécialisées dans ce domaine, qui se chargeront des travaux de construction.

    Un autre sujet grave, c’est la pollution des sols, notamment au port de Atuona à Tahauku. Il y a plusieurs années, un conteneur a été mis en place près du quai pour recueillir les huiles de vidanges déposées par les pêcheurs et les plaisanciers. C’était une bonne initiative. Malheureusement avec le temps, celui-ci s’est détérioré, occasionnant des fuites et une pollution de la zone environnante.

    Des habitants du village sont révoltés qu’aucune action n’ait encore été entreprise pour y remédier. Le port et ses abords font partie de la zone dite des “cinquante pas du roi”, domaine du Pays à qui incombe la responsabilité. C’est bien sûr ce qui retarde toute action décisive.

     

    De notre correspondant
    Gérard Guyot

     

        Retrouvez dans notre édition du Jeudi 15 septembre 2016 :       

    • Encadré : La fourmi folle gagne du terrain
    • Plus de photos

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete