Hiva Oa – Une situation sanitaire qui ne cesse de se dégrader. La population en a assez.

    vendredi 7 octobre 2016

    sanitaire

    Une note de service laconique est affichée à l’entrée du dispensaire. Pas de médecin, c’est moins d’attente dans le dispensaire devenu infirmerie ! (Photo : M Henry-Hiramatsu/LDT)

     

    Population déjà isolée, les 4 000 habitants de Hiva Oa, Tahuata et Fatu Hiva le sont encore plus depuis le départ du dernier médecin en vacation au dispensaire. Depuis, les urgences sont traitées à distance par le Smur à Tahiti ou le médecin de Nuku Hiva et le personnel médical encore sur place doit gérer responsabilité et astreintes, générant fatigue et stress supplémentaires. Devant les atermoiements des autorités sanitaires compétentes, la population des Marquises Sud perd patience. Le maire de Hiva Oa déclare  : “c’est la vie de mes administrés qui est en jeu.”

     

    L’actualité récente conforte un constat dramatique de la situation sanitaire de l’archipel marquisien, en effet après le décès d’une jeune femme à Ua Huka suite à une évasan qui a duré 15 heures, la décision dérogatoire du haut-commissariat d’autoriser le transport de personnes lorsqu’une situation d’urgence le justifie par des bonitiers ou des poti marara, ce sont aujourd’hui les populations des Marquises Sud (Hiva Oa, Tahuata et Fatu Hiva) soit environ 4 000 personnes qui n’ont plus de médecin.

    Ainsi, depuis le 2 octobre, le dispensaire de Atuona fonctionne comme une simple infirmerie, faute de médecin et les habitants ne savent pas vraiment jusqu’à quand cela va durer. La situation n’est pourtant pas nouvelle pour ce dispensaire qui n’a plus de médecin fixe depuis bientôt deux années, durant lesquelles un pôle de médecins itinérants du Service de la Santé assurait des remplacements de quelques mois, à tour de rôle.

    Or, depuis ces derniers mois, il n’y avait plus non plus d’itinérants mais un médecin retraité âgé de 73 ans, connu localement sous le nom de “Taote Rocky”, qui avait accepté de reprendre du service pour une mission de 4 mois. Toutefois, durant ce laps de temps, aucun recrutement ne semble avoir été fait ou avoir abouti. “Taote Rocky” a donc quitté les Marquises dimanche sans être remplacé. Le soir même, une évacuation sanitaire d’urgence était réalisée par l’armée…

     

    À quand une véritable égalité des soins pour tous les Polynésiens ?

     

    C’est maintenant le Smur (Service médical d’urgence et de réanimation) à Tahiti ou le médecin de Nuku Hiva qui gèrent les dossiers à distance avec les infirmiers mais sur place auprès du malade, pas de médecin ! (et quand on connaît l’état des connexions internet sur l’Archipel, la solution de la télé-médecine reste du domaine de l’improbable). Il y a encore quelques années, le dispensaire de Atuona disposait de deux médecins mais un poste aurait été retiré. Depuis ce temps, aucun médecin n’a tenu seul, dans des conditions d’exercice difficile avec des astreintes 24/24 h et l’interdiction de s’éloigner du dispensaire à plus d’une certaine distance.

    Les habitants sont consternés devant cette régression, un patient nous confie : “Si jamais il arrive quelque chose, hein ? Lundi, un cocotier est tombé sur le bus scolaire, heureusement, il n’y a eu qu’un blessé parmi les enfants mais on a frôlé le drame. Si il y avait eu plusieurs blessés graves, on aurait fait comment ? Des personnes devront rendre des comptes, on ne peut plus continuer comme ça ! Nous les Marquisiens, on est des citoyens de seconde zone, ça suffit…

    La gêne est palpable et le sujet sensible lorsqu’on l’évoque auprès du personnel du dispensaire qui, tenu au devoir de réserve, n’a pas souhaité répondre à nos questions. Malgré le dévouement de ces acteurs du soin, le fait de ne pas avoir de médecin, de devoir assurer des astreintes et gérer des situations d’urgences vitales, soumet ces professionnels au stress et à la fatigue, pouvant accroître ainsi les risques d’erreurs…

    Il y a bien un médecin privé sur l’île mais celui-ci n’a pas de convention avec le dispensaire et n’est pas tenu d’assurer une présence permanente sur l’île ou d’être joignable à tout instant. Devant cette situation qui empire d’année en année, la population des Marquises Sud perd patience et somme les autorités compétentes de faire le nécessaire pour assurer une égalité, même relative, à l’accès aux soins de tous les Polynésiens.

     

    De notre correspondante
    Miwa Henry-Hiramatsu

     

        Retrouvez dans notre édition du Vendredi 7 Octobre 2016 :   

    • Interview : Étienne Tehaamoana, maire de Hiva Oa – “On joue avec la vie des gens. C’est insupportable !”

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete