Habillage fond de site

Hommage à Johnny Hallyday – Un tour à moto en guise de requiem

lundi 11 décembre 2017

biker

Visiblement attristé, Jean-Luc fait signer un livre qui sera transmis à la famille Hallyday. (© Florent Collet)

Il a fait d’eux des fous, des fous d’amour. Leur ciel, c’était ses yeux, sa bouche. Leur vie, c’était Johnny. Johnny, mais les Harley aussi.

À la mort de leur idole, les motards des associations Tahiti Harley Riders et Assassin Creed Tahiti ne pouvaient rester les bras croisés sans rendre hommage à celui qui avait croisé leurs routes, en mai 2016, lors de son concert.

“Nous avons eu le privilège de l’accompagner jusqu’à To’ata, de discuter avec lui, de partager un verre de l’amitié”, explique Jean-Luc, qui fait tourner un livre d’or parmi les bikers. “C’est message que nous allons transmettre à sa famille pour qu’ils sachent toute l’amitié des bikers en Polynésie.”

Vers 11 h 30, samedi dernier, sur le parking de l’assemblée, plus d’une trentaine d’engins rutilants sont ainsi réunis. Blousons de cuir, santiags et bandanas sur la tête. Les lunettes noires ne sont pas là uniquement pour le style.

Ils cachent aussi des petits yeux, séquelles d’une nuit à suivre les obsèques nationales à Paris.

“Jusqu’à 5 heures du matin, nous avons veillé. C’était incontournable, c’est notre idole. Je le suivais depuis 1982. J’ai eu l’occasion d’aller le voir en concert plusieurs fois à Paris, ici à To’ata, je connaissais tout de sa vie”, confie Yohann. 

Fan de Johnny à 100 %, il l’affiche d’ailleurs sur un gros badge accroché sur son cœur.

“Cela a été difficile de suivre cela. C’est un moment qui n’est pas facile à vivre. Mais aujourd’hui, il était obligatoire d’être là”, tente d’expliquer Jean-Luc, la voix nouée.

 

Équipée pétaradante

 

Au fil de sa carrière de rockeur au style clairement inspiré de la culture US, Johnny et les Harley étaient devenus un duo indissociable.

“Une de ses Harley était même garée devant l’église de la Madeleine, seule abandonnée. C’est la vie… mais il sera toujours là. Ce n’est pas Johnny qui est mort, c’est Jean-Philippe Smet…Johnny il restera toujours là”, souffle Yohann, avant de se laisser emporter par les larmes.

Une triste semaine pour les amoureux de Harley, avec le décès de Mario Brothers.

“Il était aussi fan de Harley. Je me rappelle des soirées organisées chez lui où nous allions. Il a toujours voulu avoir une Harley mais, à ce qu’il parait, il n’avait pas le permis”.

L’équipée pétaradante s’est donc rendue jusqu’à la pointe Vénus avant de d’aller jusqu’à Punaauia. En passant devant Min Chiu, à Arue, les motos ont également fait vrombir leur moteur pour rendre hommage à Rose Martin, dont la famille a été la première à importer ce type de motos en Polynésie, et la première femme à en avoir possédé une.

Un moment de fièvre et de douceur qui n’aura pas duré toute la nuit, mais quelques heures. Pour ces fans, c’est sûr, ce n’était pas des adieux, rien que des au revoir.

 

F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete