Huit diplômées au lycée hôtelier

    mercredi 22 juin 2016

     

    Le proviseur, les élèves, la ministre et les enseignants réunis à l’occasion de la cérémonie au lycée hôtelier.(Crédit C.Q./ LDT)

    Le proviseur, les élèves, la ministre et les enseignants réunis à l’occasion de la cérémonie au lycée hôtelier.(Crédit C.Q./ LDT)

    Mardi matin, Pascal Maillou, proviseur du lycée hôtelier de Tahiti, avait convié la ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, de la Jeunesse et des Sports, Nicole Sanquer-Fareata, à la cérémonie de remise des attestations de formation professionnelle de gouvernante au sein de son établissement. Les familles et l’équipe pédagogique étaient également présentes.

    Pour cette première promotion, elles étaient douze jeunes femmes au départ, mais seules huit d’entre elles ont été jusqu’au bout de cette formation qui dure deux ans.
    “C’est une formation pointue qui se fait le plus souvent en apprentissage en métropole mais ici, c’était en formation initiale. Les postes de gouvernantes sont essentiellement recherchés par les hôtels de luxe qui ont une clientèle exigeante”, souligne Pascal Maillou.

    En tout, les élèves auront passé 24 semaines en stage dans des hôtels de Polynésie, mais aussi de métropole ou de Nouvelle-Calédonie.

    Deux jeunes femmes devraient être embauchées dans un hôtel de Bora Bora, quatre autres élèves vont poursuivre leurs études pour parfaire leur formation au lycée.
    “Ça a été une belle expérience pour moi. J’ai beaucoup appris dans cette formation. Ça m’a permis de sortir un peu de Tahiti et j’ai pu découvrir autre chose. J’ai fait mon stage dans deux hôtels de Bora Bora. Ce qui me plaît dans ce métier, c’est d’avoir des responsabilités en tant que gouvernante générale. J’ai postulé pour un poste d’assistante gouvernante dans un hôtel de Bora Bora. J’aurai une réponse en septembre. Je pense être prise car mon entretien s’est très bien passé”, explique Vaimiti, 20 ans, de Papara.
    A priori, cette formation ne devrait pas être reconduite dans l’immédiat.

    “Techniquement, c’est une formation difficile. L’apprentissage n’est pas encore bien développé en Polynésie. Ce sera peut-être possible de rouvrir cette formation dans quelques années quand on aura plus d’expérience dans l’apprentissage”, déclare le proviseur.

    “Ça a été compliqué à mettre en place, mais on espère pouvoir le refaire, cette fois sous la forme de l’apprentissage”, a commenté pour sa part la ministre. 

     De notre correspondante C.Q.

     

     

    Parole à Isabelle Lihauld, enseignante dans la filière services et commercialisation, spécialité hébergement
    “Elles étaient mises en situation comme dans un vrai hôtel”

    “Cette formation comportait une partie enseignement général et une partie enseignement professionnel avec quatre axes essentiels : gestion des stocks et des produits ; animation d’une équipe ; gestion administrative ; communication avec les différents services. Il faut savoir prendre des décisions, mettre en place des procédures de travail. Les élèves avaient 15 heures de travaux pratiques et 2 heures de technique par semaine. Elles étaient mises en situation comme dans un vrai hôtel. C’est tout un travail d’équipe avec une gouvernante générale, une adjointe, une responsable des stocks, de la propreté de l’hôtel, des commandes, etc.
    Les stages se sont plus ou moins bien passés. Certaines élèves se sont montrées trop timides et n’ont pas su s’imposer suffisamment. Tout le monde ne peut pas être chef. C’est avant tout une histoire de caractère plutôt qu’un manque de compétence à mon avis.
    Pour l’examen qui s’est déroulé en mai, il y avait des épreuves concernant le relationnel (embauche d’un salarié ou formation d’un nouvel employé par exemple) et la technique (maîtrise de la gestion du matériel par exemple). Elles ont été évaluées par des directeurs d’hôtels et des gouvernantes.
    Cette formation n’est pas reconduite car elle ne remplit pas toutes les conditions pour être considérée comme un diplôme à part entière. Ceci dit les élèves ont fait 24 semaines de stage en tant qu’assistante gouvernante pour la plupart. Elles ont tout à fait le niveau pour être embauchées.”

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete