Habillage fond de site

Le Ia mana te nunaa appelle à s’abstenir au second tour

vendredi 28 avril 2017

Ia Mana

Ni Macron, ni Le Pen. Le Ia mana te nunaa, qui soutenait Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle, appelle
à s’abstenir au second tour. (© Marie Guitton)

La finance ou la xénophobie ? “C’est aussi destructeur”, selon Jacqui Drollet.
Pour son parti Ia mana te nunaa, le “ni, ni” est désormais la meilleure solution pour le second tour de l’élection présidentielle, le 6 mai.
Invoquant une proximité idéologique avec Jean-Luc Mélenchon, le parti indépendantiste avait appelé à voter pour le candidat de la France insoumise samedi dernier.

Et comme lui, Jacqui Drollet ne se résout pas, aujourd’hui, à voter pour le social-libéral Emmanuel Macron, “candidat attrape-tout”, même au nom du front républicain dressé contre Marine Le Pen.
Quant à la leader bleu marine, “aux idées simplistes de repli identitaire et d’exclusion” : non merci. “Pour nous, ce sont tous les deux des extrémistes, l’un financier, l’autre de droite”, résume-t-il.
Résultat, le Ia mana te nunaa appelle à l’abstention au second tour : “Nous préférons rester sur ce en quoi nous croyons”.

Jean-Luc Mélenchon, lui, a purement et simplement refusé de donner une consigne de vote à ses électeurs.
Certains crient à la stratégie perverse pour conserver tout son électorat en vue des législatives. D’autres soulignent la cohérence avec son programme : laisser le peuple libre de ses choix.

 

“Prudence”, le 6 mai

 

Depuis mardi, ce sont donc les 450 000 militants de La France insoumise qui sont invités à se prononcer par un vote électronique sur les trois options suivantes : “Je vote blanc ou nul”, “je vote Emmanuel Macron”, “je m’abstiens”.

Mais “que des chefs disent, d’autorité, qu’on ne va pas mettre l’option ‘Je vote Marine Le Pen’, est-ce que ça ne retire pas, justement, la possibilité de libre choix ?”, s’interroge Jacqui Drollet.
Quitte à donner une direction, lui préfère donc le faire plus franchement : “À partir du moment où on ne se retrouve plus, d’un point de vue idéologique, dans le programme des deux finalistes, nous décidons de nous abstenir”, répète-t-il, en glissant que “le 6 mai est le jour de la Sainte-Prudence”.
“Ce qui est certain, c’est que si on soutient Jean-Luc Mélenchon, on ne peut pas soutenir Marine Le Pen”, observe tout de même Jacqui Drollet, qui rappelle que son candidat malheureux, ancien membre du Parti socialiste, a été “en permanence opposé au Front national”.

Y compris en 2002, d’ailleurs, lorsqu’il avait appelé sans hésiter à voter pour Jacques Chirac, pourtant bien éloigné de ses idées, contre Jean-Marie Le Pen.
Est-ce que s’abstenir ne fera pas le jeu de son héritière aujourd’hui ? “Je ne pense pas”, estime Jacqui Drollet.
Réponse le 7 mai. 

 

M.G.

Orianne Obrize
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete