Habillage fond de site

Ice : l’affaire Mai-Marlier à la barre

jeudi 23 août 2018

“Je suis parti en vrille. J’étais dans mon monde d’Ibiza, comme dans les films”, explique l’un des plus gros revendeurs du tandem Mai-Marlier. (© Florent Collet)

“Je suis parti en vrille. J’étais dans mon monde d’Ibiza, comme dans les films”, explique l’un des plus gros revendeurs du tandem Mai-Marlier. (© Florent Collet)

Après les affaires Dubaquier et Kikilove, une nouvelle affaire de trafic d’ice de grande ampleur entre les États-Unis et la Polynésie est jugée depuis hier au tribunal correctionnel de Papeete, et ce jusqu’à demain. Des liens existent entre les trafiquants et, irrémédiablement, entre les différentes affaires.

C’est ainsi que lors de l’enquête Dubaquier, un homme est interpellé en possession d’ice, celui-ci désigne Moerani Marlier. L’ancien chef de cabine d’Air Tahiti Nui a déjà été impliqué dans une affaire d’ice qui reste encore à juger. Celui qui est surnommé “El Chapo” collabore avec Yannick Mai. Surnommé quant à lui “le Parrain”, ce guide touristique aux États-Unis se charge de l’importation d’ice, tandis que Moerani Marlier se charge de l’écouler sur Tahiti et Moorea grâce à ses “travailleurs” à qui il fournit notamment des véhicules.

C’est en tout cas ce que découvrent les enquêteurs qui recueillent une foule de renseignements sur les différents acteurs en les plaçant sur écoute.

Le 10 juin 2017, le trafic perd l’une de ses têtes avec l’arrestation de Yannick Mai aux États-Unis avec sa fille et son assistante en possession de 3,7 kilos d’ice. Aussitôt, l’alerte est donnée par Temarii Mai, le fils de Yannick, qui donne l’ordre de faire disparaître les preuves à Moerani Marlier, Ouira Hamblin, l’homme de confiance et mécanicien du luxueux parc automobile de Moerani Marlier, sa compagne Bianca Vernaudon, ainsi que William Hiro, son principal revendeur.

À la barre, ce dernier a indiqué qu’il était “fier” d’être le principal revendeur pouvant écouler jusqu’à 80 grammes par jour. Craignant que Moerani Marlier tombe, il avait pour ambition de se procurer l’ice directement auprès de Yannick Mai, une transaction de 300 grammes à 30 millions devait ainsi constituer une preuve de son sérieux. Une époque que l’homme qui reconnaît les faits juge désormais avec du recul : “C’était une connerie, je suis parti en vrille. J’étais dans mon monde d’Ibiza, comme dans les films.”

Autre personnage singulier à œuvrer pour Moerani Marlier, Franck Tumahai, déjà condamné à un total de 25 ans de prison pour trafic de stupéfiants. Logé gratuitement, il lui rend service en échange d’ice et notamment en lui fournissant une arme qui sera retrouvée dans la chambre de Moerani Marlier lors de son arrestation ainsi qu’en lui fournissant des dollars américains récupérés auprès de perliculteurs.

Parmi les 12 prévenus dans cette affaire figurent également tous ceux ayant participé à l’importation d’ice organisée après l’arrestation de Yannick Mai. Parmi eux, l’ancien notaire de Moorea, Patrick Rey, et son épouse. Cette dernière aurait dû servir de mule, mais l’homme l’en aurait dissuadé au dernier moment et trouvé un apiculteur qui fera finalement le voyage et ramènera 1,2 kilo d’ice fourni par Steven Raynal aux États-Unis qu’il ramènera dissimulé dans des combinaisons d’apiculteur.

À la barre, hier, Patrick Rey a nié savoir que l’apiculteur reviendrait avec l’ice. Il est le seul à toujours nier les faits. Le procès se poursuit jusqu’à demain.

 

F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete