Ice : le « bad trip » polynésien

    lundi 1 juin 2015

    Les saisies d’ice, drogue aux effets ravageurs qui a fait son apparition en 2003-2004,  n’ont cessé de progresser ces dernières années sur le territoire. Magistrats et addictologues s’inquiètent de ce « phénomène de mode » qui pourrait, à terme, muer en problème de santé publique. Tourner la page de la méthamphétamine n’est en effet pas chose facile comme en témoigne Arsène qui lutte depuis deux ans contre ses vieux démons. Etat de lieux.

    Lire notre article et un témoignage dans La Dépêche de Tahiti de lundi 1er juin ou au feuilletage numérique.

    Les affaires les plus marquantes de ces dernières années

    -Septembre 2008 : la Vahine connection : 10 ans de prison sont prononcés à l’encontre de la tête du réseau de la « Vahine connection ». A l’occasion d’une vingtaine de voyages aux Etats-Unis, des jeunes femmes, faisant office de « mules », avaient introduit une quantité évaluée à 2 kilos d’ice. Le trafic aurait rapporté environ 200 millions de Francs.
     
    -Septembre 2008 : la « Tane connection »
     : quelques jours plus tard, un autre procès impliquant une vingtaine de prévenus se tient devant le tribunal correctionnel. Là aussi plusieurs kilos de drogue auraient été importés. Le « boss » du réseau écope de 8 ans ferme.
     
    -Février 2010 : la « Mexican connection » 
    : huit prévenus son condamnés après la saisie de 342 grammes d’ice en provenance du Mexique mais ils auraient importé plusieurs kilos de drogue sur le territoire notamment sous forme liquide dissimulée dans des bouteilles de shampooing. La tête de réseau prend 8 ans de prison.
     
    -Décembre 2014 : La « Mexican connection » bis : alors qu’il purge sa peine de huit ans de détention, la tête de réseau de la « Mexican connection » écope à nouveau d’une condamnation de 10 ans ferme. Depuis sa cellule, il avait repris ses activités illicites en faisant appel à des tiers.

    Les effets à long terme de l’ice

    Selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, « l’intoxication aigüe » à l’ice (ou méthamphétamine) « induit des troubles cardiovasculaires graves ainsi que des troubles comportementaux incluant agitation, confusion, paranoïa, impulsivité et violence ».
    «L’usage chronique de la méthamphétamine donne lieu à des modifications neurochimiques et neuroanatomiques. La dépendance est associée à des troubles de mémoire ainsi qu’à des difficultés décisionnelles et à des troubles du raisonnement verbal. Certains symptômes évoquent ceux de la schizophrénie paranoïde. Ces effets peuvent perdurer même lorsque la drogue n’est plus consommée, mais ils disparaissent souvent à terme ».
    En outre, « lorsque la méthamphétamine est fumée, elle atteint le cerveau beaucoup plus rapidement. Les drogues fumables induisent nettement plus de dépendance et sont plus susceptibles de provoquer des problèmes lorsqu’elles sont fumées que lorsqu’elles sont consommées par voie orale ».
     
     
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete