Il agresse sexuellement sa cousine qui l’hébergeait

    mercredi 23 décembre 2015

    Un homme d’une trentaine d’années comparaissait hier devant le tribunal correctionnel pour avoir agressé sexuellement sa cousine qui l’hébergeait. L’homme avait déjà été condamné pour des faits semblables en 2008 et est suspecté dans une procédure judiciaire en cours pour agression sexuelle sur mineure de 6 ans. 
    Les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés en octobre 2014. Alors qu’il venait d’être libéré, sa cousine a accepté de l’héberger pour lui donner une seconde chance. 
    À l’issue d’une soirée conviviale où ils ont regardé un match de foot, à laquelle le mari de la cousine était absent, la femme endormie a été réveillée subitement par une main lui caressant le sexe. Le prévenu a indiqué dans le procès-verbal qu’il lui aurait bien fait l’amour. 
    L’expert psychiatre n’a relevé aucun problème psychiatrique. Il indique néanmoins que l’homme souffre d’un trouble de la personnalité à caractère antisocial. 
    Le prévenu reconnaît l’ensemble des faits. À la question “avez-vous déjà eu une histoire sérieuse ?”, le prévenu répond “oui, mais elle est décédée”. 
    Le procureur a dénoncé un manque de respect envers les femmes, que l’homme qualifie de “casse-croûte”. “Il doit être contenu, surveillé, il est en état de réitération.” 
    Le parquet requiert deux ans de prison, dont un avec sursis et mise à l’épreuve.  
    L’avocate de la défense a rétorqué que “l’homme a été agressé sexuellement par une voisine étant enfant”. “Il n’en a jamais parlé à personne, donc on peut comprendre son comportement à l’égard des femmes.” 
    Par  ailleurs, elle a indiqué que bien plus tard, il s’est effectivement mis en couple avec une jeune femme avec qui il a décidé de construire une maison, mais lors d’une altercation avec une de ses amies, sa compagne a été écrasée par le véhicule de cette dernière et est décédée des suites de ses blessures, devant leur futur fare. 
    L’avocate a confié penser que le prévenu pouvait changer. Ce dernier a justement déclaré à la barre vouloir “enterrer la hache de guerre” et changer de vie. 
    Le tribunal a tranché en condamnant le trentenaire à neuf mois de prison ferme et neuf mois avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve avec une obligation de suivi psychologique. 

    M-C.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete