Il agresse sexuellement une amie de sa femme pendant son sommeil

    mercredi 4 novembre 2015

    Un homme d’une vingtaine d’années a été condamné par le tribunal correctionnel à six mois d’emprisonnement avec sursis et à 300 000 F de dommages et intérêt pour avoir agressé sexuellement une amie de sa compagne. Le prévenu était connu de la justice pour des faits de défaut de permis de conduire. Le 18 septembre 2014, il aurait commis des attouchements de nature sexuelle sans consentement.
    La victime était une amie et collègue de sa femme, qu’ils hébergeaient depuis plusieurs mois. Malade, elle avait décidé de rester alitée.
    Sans emploi, le prévenu serait allé déposer sa femme au bureau et au retour s’était arrêté dans la chambre de son hôte afin de s’informer de son état. Ils auraient commencé à discuter dans la chambre de la victime et l’homme se propose de la masser comme cela s’était déjà passé avant en présence de son épouse.
    Elle accepte et s’endort, quand tout à coup elle aurait été réveillée par une pénétration. Elle se serait mise à hurler et appelle immédiatement son amie pour lui dire les faits qui viennent de se dérouler.
    Devant le tribunal, l’homme reconnaît les faits. Ce pendant, il déclare avoir été provoqué par le sujet de discussion, “on parlait de cul”, indique-t-il devant le tribunal.
    La victime affirme mais ajoute, “C’est un sujet de discussion que nous avions déjà eu à plusieurs reprises, c’est lui qui a commencé à me questionner sur ma vie sentimentale.”
    Choquée, la victime porte plainte immédiatement, elle indique qu’il lui faudra plusieurs jours pour se remettre psychologiquement de l’agression. Après expertise, elle obtient cinq jours d’interruption totale de travail.
    À la question du procureur, “Savez-vous qu’il risque la prison ?”, la victime répond : “Oui, c’est ce que je souhaite. Une agression sexuelle, qu’elle soit considérée comme un viol ou non, ça marque à vie.”
    Alors que le procureur réclamait un an de prison avec sursis et mise à l’épreuve, le tribunal correctionnel en a décidé autrement en condamnant l’agresseur à six mois avec sursis et à verser 300 000F de dommages et intérêts pour le traumatisme subi.
    M-C.C.

    guguss 2015-11-05 07:22:00
    Six mois avec sursis pour un doigt mal placé !!!
    lecteur 2015-11-05 07:02:00
    Comme d'hab justice a 2 balles ..........

    Par contre si c un proche d'un magistrat qui se faisait réveiller par une pénétration, et ben la il prendrai de la prison ferme pour des années .......

    A vomir ... berk
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete