Il avait fait un mort et trois blessés graves : trois ans de prison

    mercredi 11 mars 2015

    L’affaire avait fait la Une des journaux en août 2012. Le 24, en fin d’après midi, David, aujourd’hui âgé de 34 ans, revient du travail pour retourner chez lui à Papara. Sur la route, il prend un ami, s’arrête au magasin pour faire le plein de bières avant de faire une pause à Paea. Quelques heures et près de 6 litres de boisson plus tard, David reprend la route.
    Il le répétera pendant l’enquête comme à la barre mardi : “J’étais ivre.” Mais il prend le volant.
    “Ma femme était enceinte à ce moment-là, je voulais être à ses côtés.”
    “Vous auriez mieux fait de rentrer directement”, lui répondra la juge.
    Les analyses sanguines révéleront un taux d’alcoolémie de 2,9 g/l de sang.
    Quelques kilomètres plus tard, c’est le drame, dont les circonstances restent encore difficilement explicables.
    Sur la route David a percuté deux scooters et leurs quatre passagers. L’un des ados décédera quelques heures plus tard, les trois autres s’en sortiront, mais avec des blessures graves avec parfois des ITT de 90 jours, suivis de plusieurs mois d’immobilité qui coûteront probablement de lourds intérêts civils lors d’une audience fixée au 17 juin.
    Avec des jeunes souvent blessés à la tête, un conducteur ivre ayant perdu connaissance quelques minutes plus tard, et aucun témoin direct, difficile de savoir ce qui s’est réellement passé.
    David affirme ne pas avoir vu les deux roues, mais une voiture blanche qu’il aurait voulu doubler. Il concède qu’il “roulait à
    80 km/h”, alors que la limite est fixée à 60 km/h sur cette portion. Il ajoute qu’il n’a pas compris d’où venait le choc. Aucune trace de la voiture « blanche » ne sera retrouvée.
    Les débris des scooters, percutés par l’arrière, selon les experts, témoignent de la violence du choc.
    David a perdu le contrôle de son véhicule, a fait plusieurs tonneaux avant de finir dans le jardin d’une propriété inoccupée.
    Il sera retrouvé dans cette maison vide “pour se cacher” dira la partie civile, “pour aller chercher du secours et je me suis évanoui”, expliquera l’accusé, par ailleurs, décrit comme “un homme bien, gentil et travailleur”.
    En revanche depuis un précédent divorce, David a plongé dans l’alcool.
    En 2009, il est contrôlé positif et sera condamné trois ans plus tard, quelques mois avant l’accident. “Cela aurait dû vous servir de leçon, mais vous avez continué”, a ainsi fait remarquer le procureur. “Depuis l’accident, je ne bois plus du tout”, assure David à la barre, certificats à l’appui.
    Cela ne sera pas suffisant, l’une des avocates de la partie civile, émue, évoque les parents du disparu, “qui ne verront pas leur adolescent grandir, se marier, avoir des enfants”.
    Visiblement touché, David fait des signes d’acquiescement. Avant les délibérations il adressera une énième fois ses demandes de pardon aux familles.
    Condamné à 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis, et interdiction de repasser le permis avant 2 ans, David qui avait déjà fait deux ans de détention provisoire devra également rembourser les innombrables frais engendrés par cette nuit où il n’a pas su choisir, entre boire ou conduire.

    Compte-rendu d’audience, F.C.

    Al Kolo 2015-03-11 22:24:00
    Super !!!:“Ma femme était enceinte à ce moment-là, je voulais être à ses côtés.” Le type a quand même pris le temps de boire 12 obus, 6 litres de bière plus tard, voilà le résultat !
    Et là on a envie d'applaudir le magistrat qui lui autorise de repasser son permis dans 24 mois, c'est un permis de tuer ou de conduire?
    Aucun respect pour les familles des victimes.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete