Il étrangle trois fois sa femme : six mois ferme

    mardi 20 octobre 2015

    Les juges ont condamné, hier, à six mois de prison ferme un jeune homme de 31 ans pour des faits de violence sur son épouse sur l’île de Taha’a. Dans un excès de rage, l’homme avait étranglé sa femme à trois reprises.
    Dérangé dans sa sieste par son épouse qui grondait leur fille, l’homme a vu rouge, il s’est jeté sur sa compagne et a essayé de l’étrangler. Réalisant qu’elle n’arrivait plus à respirer, il l’a libérée de son emprise. Une fois qu’elle a repris ses esprits, lasse des violences qu’elle subit régulièrement, la jeune femme a décidé de quitter le domicile conjugal avec ses deux enfants. Son époux, fou de rage l’a rattrapée sur le chemin, l’a traînée par les cheveux puis lui a accroché une corde au cou et l’a traînée sur environ quatre mètres avant d’essayer de l’étrangler à nouveau avec l’anse de son sac.
    Le procureur général, beaucoup moins généreux que les juges, avait requis une peine d’emprisonnement mixte de deux ans, dont un an avec sursis et suivi obligatoire d’un médecin contre ce jeune homme aux accès de violence récurrents.
    “Le parquet de Papeete est particulièrement sévère en présence d’actes de violence, notamment quand il s’agit d’actes de violence conjugale”, a-t-il déclaré.

    Elle ne l’écoutait pas

    À la barre, le jeune homme semble perdu, maladroit, il ne comprend pas toutes les questions qui lui sont posées par les juges, répond à côté. Son épouse, absente lors de la comparution immédiate, a indiqué son intention de divorcer. Elle déclare avoir été battue tous les jours. Lui s’explique : “Pas tous les jours, elle vient toujours me demander de l’argent pour le Bingo, si je ne veux pas, elle m’embête. Quand je lui dis d’arrêter, elle n’écoute pas.”
    Le prévenu reconnaît néanmoins tous les faits dont il est accusé et indique avoir besoin de se soigner et de voir “un médecin, un neurologue ou un psychiatre”. Suite à ces faits, son épouse a reçu 30 jours d’interruption de travail. Par ailleurs, les services sociaux sont intervenus et ont pris en charge les enfants.   Le tribunal a décidé de ne pas suivre le procureur et a condamné le prévenu à une peine de six mois ferme à Nuutania.
    M-C.C.

    Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2015-10-21 17:20:00
    Hormis le drame indicible, six mois d'incarcération pour de réels étranglements... c'est rien comparé au prononcer d'un an avec mandat de dépôt pour avoir été accusé d'avoir voulu renverser en ROLLS-ROYCE Silver Spur un douanier... invisible hohohohohoh rollstahiti@gmail.com
    TAA''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''HOA 2015-10-20 20:02:00
    Notre vie et le sort qui nous est réservé, dépendent des décisions que ces hommes et femmes de lois vont décider, là tu es 1 pion !
    Violences conjugales = c'est normale , ce n'est pas du pénal , c'est du civil .
    Tu es à la MERCI de ton mari, rentres chez toi , ça va s'arranger,c'est pas si dramatique.....= attention tu ne dois pas te défendre, car, si tu blesses ton mari, tu écopes ...
    Ce scénario ressemble assez à ce que vivent les femmes musulmanes, j'arrive à comprendre pourquoi ils aiment tant rester en France.
    Cela fait 3 ans que mon ex-mari, confirme que les hommes de loi sont des imbéciles, car il leurs fait croire ce qu'il veut, et ça marche.
    Car, une quittance de loyer,suffit pour faire croire qu'il est dans sa maison.
    Il est TOUJOURS dans mes murs à m'empêcher d'avancer, menacer par sa présence, me rappeler que je ne suis rien.....
    Les gendarmes trouvent cela normal....
    tatiana 2015-10-20 18:03:00
    C'est a Tahiti qu'on compte le plus de femmes tuées par leur conjoint et les juges sont d'un laxisme consternant. Moi même victime de violences conjugales, mon agresseur a simplement eu un stage de citoyenneté proposé par le Procureur, alors que Monsieur avait déjà un casier avec 3 condamnations pour les mêmes faits...Le message renvoyé par la justice aux agresseurs et aux victimes est clair : les violences conjugales ne sont pas si graves...Affligeant
    le Tahipouette Calédonien 2015-10-20 17:56:00
    L'encustin j'ai l'imoression d'être dans une comedie tramatique de Williams shakespeare
    mais merci ta'ata maohi
    entre le bingo qui est de l’arnaque pour rempli les poche des bléro de gérant du bingo et
    l’impulsivité du mari envers sa femme
    A qui la faute les DEUX BIEN SUR
    bingo est un jeu non approuvée par la pacifique des jeux donc dans une logique que même un attarder mental comprend
    que c'est pas autoriser donc CONDAMNABLE.
    Et la violence du mari est pareillement CONDAMNABLE
    la femme mérite la peine justicière aussi!!!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete