Il se présente à l’audience armé d’un hachoir

    mercredi 8 avril 2015

    “Depuis plus de dix ans que je suis là, c’est la première fois que je vois ça !”, s’emballe le vigile chargé d’assurer la sécurité du palais de justice. “Il y a bien des gars qui sont venus avec des casse-tête, une fois j’ai trouvé un couteau qu’un type portait le long de la cuisse, mais un hachoir dans la salle d’audience, jamais”.
    Un homme de 35 ans, qui comparaissait libre pour être jugé dans une affaire de violences réciproques à l’arme blanche avec son frère aîné en début d’année à Pirae, a été interpellé par les policiers, hier matin après l’évocation de son dossier, fortement soupçonné de dissimuler un lourd hachoir dans son sac à dos. Vérification faite, c’était bien le cas et notre homme a aussitôt été conduit au commissariat voisin pour y être placé en garde à vue. Il n’aura donc pas pu entendre de vive voix sa condamnation quelques heures plus tard à huit mois de prison avec sursis pour avoir sérieusement blessé son frère avec un couteau de pêche. Dans la bagarre, lui-même s’était fait lacérer le bras par le frangin avec une lame ultra-aiguisée destinée à l’élaboration de sashimi.
    Selon les premières explications de ce pêcheur de profession, dont les sautes d’humeur associées à un goût certain pour tout ce qui tranche terrifient toute la famille, sa seule intention aurait été “de montrer le hachoir à la juge” dans le cadre de l’instruction de son affaire.
    Une initiative qui n’a pas été du goût de tout le monde au palais de justice et qui pose la question des fouilles à l’entrée du tribunal, pratique généralisée dans toutes les juridictions françaises. Deux portiques de détection, comme ceux que l’on peut voir dans les aéroports, trônent depuis des années aux entrées basses du tribunal administratif et du tribunal de première instance mais n’ont jamais fonctionné.
    Selon le parquet, contacté par la rédaction, le trentenaire au hachoir pourrait faire l’objet d’une procédure de comparution immédiate à l’issue de sa garde à vue.

    Raphaël Pierre

     

    Lecteur 2015-04-10 10:33:00
    il voulais préparer un bon sashimi au juge voyons
    manuia 2015-04-09 19:15:00
    Même au Tribunal,on n'est pas en sécurité et que fait L'ETAT ???
    LEPETANT 2015-04-09 07:22:00
    Comme d'habitude, on attend la survenance d'un drame pour prendre les mesures nécessaires. On appelle cela le principe de précaution.
        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete