Il “terrorise” sa famille et son quartier avec deux pupuhi

    mardi 7 juin 2016

    Un jeune homme de 20 ans a comparu hier devant le tribunal correctionnel de Papeete pour avoir insulté et menacé plusieurs personnes, dimanche dernier, à Taiarapu-Est, notamment son père et sa mère, avec deux fusils de pêche sous-marine armés de flèches.

    Le juge a rappelé les faits, épisode par épisode, dignes d’un feuilleton. Après une longue nuit bien arrosée – “vous aviez fait la bringue, hein !” –, le fils, né en 1996, se rend à 7 heures du matin dans un magasin de Tautira, en menaçant le gérant.
    Ramené chez ses parents par un cousin balèze, il reprend sans attendre la direction de l’église pour s’en prendre aux passants. Une bagarre s’ensuit avec un protecteur des fidèles se rendant à la messe.

    Un ami intervient et le colérique buveur est une fois encore ramené à la maison.
    “Vous êtes fou de rage, vous renversez des tables, prenez un fusil harpon, poursuivez votre père et courrez à nouveau vers l’église, a alors résumé le juge. Puis, troisième épisode, vous rencontrez un passant en mobylette avec la casquette à l’envers… Vous le braquez avec la flèche à une dizaine de centimètres du visage.”

    Un ami se jette sur lui et le plaque contre le mur de l’église. Retour à la maison, encore, où le fils se saisit d’un second harpon et menace cette fois père et mère.
    Les forces de l’ordre finissent par l’embarquer “après une matinée bien chargée” qui, “heureusement”, n’a pas fait de blessés.

    “Je ne me souviens pas bien”, a déclaré hier le prévenu à la barre. “Vous ne vous souvenez pas du harpon ?
    – Si.
    – Et de la mobylette ?
    – Oui.
    – D’avoir menacé votre père ?
    – Oui.
    – C’est déjà l’essentiel !”, a estimé le juge, en lui rappelant qu’il se “saoulait” souvent et s’était déjà fait repérer comme un fauteur de troubles.
    “Vous avez terrorisé le quartier, on est passé à deux doigts du drame”, s’est, quant à lui, désolé le procureur. Le fils violent et sans emploi, visiblement élevé au balai niau par son père, n’avait toutefois pas de casier judiciaire et venait de passer les tests pour entrer au RSMA.

    Il a donc échappé à la prison ferme et a écopé de quatre mois avec sursis, 180 heures de travaux d’intérêt général et une obligation de soins.  

    M.G.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete