Îles Marshall- L’archipel accusait plusieurs nations de pas respecter le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires de 1968

    samedi 8 octobre 2016

    marshall

    Les diverses plaintes déposées par l’archipel n’ont pu aboutir, la cour ayant retenu l’absence de différend entre les parties. (Photo : DR)

     

    Mercredi, la Cour internationale de justice (CIJ) s’est déclarée incompétente pour instruire des plaintes des îles Marshall contre l’Inde, le Pakistan et le Royaume-Uni, à qui elles reprochent de ne pas avoir abandonné “la course” à l’armement nucléaire.

     

    Les seize juges de la plus haute juridiction de l’ONU ont retenu l’argument des trois puissances nucléaires fondé sur “l’absence de différend entre les parties” et estimé que la cour “ne peut procéder à l’examen de l’affaire au fond” dans les trois cas, a déclaré le président de la CIJ, Ronny Abraham. Théâtre de nombreux essais nucléaires dans les années 1940 et 1950, cet archipel situé au cœur de l’océan Pacifique tente de jeter une nouvelle lumière sur la menace des armes nucléaires.

     

    Pas de différend, pas de jugement

     

    Les îles Marshall, de par les souffrances dont elles ont été victimes, ont des raisons particulières de se préoccuper du désarmement nucléaire”, a reconnu le président Abraham. La Cour internationale de justice a toutefois rappelé que sa mission était “de régler conformément aux droits internationaux les différends qui lui sont soumis par les États” : “l’existence d’un différend entre les parties est donc une condition à la compétence de la cour”.

    Les îles Marshall considèrent que l’Inde, le Pakistan et le Royaume-Uni n’ont pas pris “toutes les mesures nécessaires” pour s’acquitter de leurs obligations au regard du traité sur la non-prolifération (TNP) des armes nucléaires de 1968. Si le TNP a été ratifié par Londres mais pas par Islamabad ni New Delhi, il oblige cependant les États à “poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures relatives au désarmement nucléaire”.

    Initialement, la démarche de l’archipel, lancée en 2014, visait également la Chine, la Corée du Nord, la France, la Russie, les États-Unis et Israël, qui n’a toutefois jamais confirmé officiellement détenir l’arme atomique. Mais ces autres plaintes ne peuvent être instruites que si les pays visés donnent leur feu vert.

    Entre 1946 et 1958, 67 armes nucléaires de différentes puissances ont explosé dans l’archipel, sur les atolls de Bikini et d’Enewetak, dont la bombe à hydrogène Castle Bravo en 1954, considérée comme mille fois plus puissante que la bombe atomique larguée sur Hiroshima en 1945. 

     

    LNC

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete