Infection de salmonellose constatée à la Presqu’île

    mercredi 5 octobre 2016

    oeufs

    (Photo : archives / DR)

     

    Le Journal officiel a rendu public, hier, une décision du conseil des ministres concernant une exploitation de poules pondeuses à la Presqu’île. L’exploitation de poules pondeuses de la société civile d’exploitation avicole polynésienne (SCEAP), déjà placée sous surveillance au début du mois de septembre, a été déclarée infectée par Salmonella enterica sérotype Enteritidis.

     

    Cette déclaration entraîne l’exécution des mesures de police sanitaire”, précise le Journal officiel qui poursuit, expliquant que l’exploitation, répondant à des normes sanitaires strictes, “les troupeaux peuvent être traités comme des unités épidémiologiques distinctes”. Joint par téléphone hier, le directeur de la SCEAP, Jean-Yves Saint-Maxent, a tenu à dédramatiser l’information.

    Je suis un peu étonné qu’un arrêté d’infection ait été pris, car le problème n’a pas été confirmé au même endroit. De notre côté, on avait trouvé des salmonelles dans les fientes des poules du bâtiment n°6. Le SDR, en faisant ses chiffonnettes, a trouvé des salmonelles sur l’une d’entre elles, non pas sur les fientes, mais sur les poussières ramassées sur le matériel, les murs et les grillages, dans le bâtiment n°4. Ça provient certainement d’oiseaux extérieurs, presque tous porteurs de salmonelles d’après une étude menée en 2011. Mais le plus surprenant dans tout ça, c’est que c’est un bâtiment vide !

    Dans le même temps, rien n’a été trouvé dans le bâtiment que nous avions déclaré suspect. Ce qu’on regrette dans cette histoire, c’est que les séries de prélèvements du SDR sont un peu longues à s’enchaîner. On attend donc avec impatience la deuxième série d’analyses, qui n’a toujours pas été faite. On préférerait être fixé : si on nous confirme que notre bâtiment n°6 est infecté, on abat les poules et c’est réglé. Pour l’instant, ça ne change rien, car le bâtiment n°4 est vide et on continue de stocker les œufs du bâtiment n°6, même si le SDR n’a rien trouvé de son côté.

    Les œufs du reste de l’élevage, on peut les vendre. Ce qui nous embête le plus, c’est la mauvaise publicité pour l’élevage, alors qu’il semblerait que la parution au JO de l’arrêté, au stade de suspicion, ne soit pas obligatoire. Il ne s’agit pas de se cacher, ni d’alléger les procédures, mais de ne pas non plus mettre le feu aux poudres.

     

    B.P. avec A.-C.B.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete