Habillage fond de site

Les influenceurs, nouveaux acteurs numériques de la promotion touristique

lundi 9 juillet 2018

Témoignage d’Émilie sur le blog floetyo.com : “J’ai eu un tel coup de coeur pour les Polynésiens et leur culture que j’y repense très souvent !” (Photo : floetyo.com)

Témoignage d’Émilie sur le blog floetyo.com : “J’ai eu un tel coup de coeur pour les Polynésiens et leur culture que j’y repense très souvent !” (Photo : floetyo.com)


La communauté des blogueurs influenceurs dans le secteur du voyage ne cesse de croître. Tahiti Tourisme, Air Tahiti Nui et le secteur hôtelier font appel à leurs services. Les contenus vidéo, photo ou éditoriaux permettent de partager l’expérience d’un voyage au fenua.

Experts du web et des réseaux sociaux, les influenceurs sont de nouveaux acteurs de la promotion de la destination dans le monde entier. Ils s’appellent Travel me happy, Beauty vahine, Vie nomade, Tahiti blog, Best jobers, l’Oiseau rose, Évasions gourmandes, Un sac sur le dos, Tahiti Vlog ou encore Maeva Tahiti blog. Il s’agit généralement de voyageurs passionnés qui font partager leurs expériences au travers de textes accompagnés de photos ou de vidéos, sur les plateformes numériques Facebook, Instagram, YouTube, etc.

Tahiti Tourisme et les professionnels du secteur touristique, transporteurs et hôteliers font de plus en plus appel à leurs services afin de valoriser la Polynésie française, la diversité de ses hébergements et des activités proposées : plongée, pêche, découvertes culturelles, randonnées, etc.

Selon une étude de Haris interactive relative à l’Hexagone, 80 % des Français déclarent avoir une idée de ce qu’est un influenceur et 50 % des 18-24 ans certifient suivre au moins un de ces prescripteurs sur les réseaux sociaux.

Le Quotidien du tourisme, qui cite ce sondage, souligne que 79 % des Français voient en eux des partenaires des marques, engagés dans des démarches de promotion alors que 41 % des plus jeunes les voient davantage comme des experts, capables de rester indépendants dans leurs conseils.

 

 

Partage d’expériences

 

De façon générale, 41 % estiment cette forme de communication comme plus efficace que la publicité classique. Chez des jeunes sondés, 62 % se disent incités à s’intéresser davantage à une marque à travers un influenceur et 33 % avouent être incités à l’achat d’un produit.

Dans l’ensemble, un tiers des Français reconnaissent avoir déjà été influencés dans leur comportement par un influenceur.

Le recours à ce marketing 2.0 enregistre une forte croissance. Avec plus de 1,3 milliard d’utilisateurs journaliers actifs sur Facebook à travers le monde et 400 millions pour Instagram, les réseaux sociaux et les blogs sont ainsi devenus de véritables vitrines de communication pour les professionnels du
tourisme.

L’avantage avec les grandes communautés d’influenceurs, c’est que la communication n’est pas uniquement commerciale mais fait appel au pouvoir de prescription.

C’est l’originalité, le partage d’expériences vécues et la recherche de l’authenticité qui différencient un blogueur influenceur d’un journaliste ou d’un communiquant classique. Mais devenir un bon influenceur demande du travail et de la patience.

Selon le Quotidien du tourisme, seuls 10 % des blogueurs exercent leur activité de façon professionnelle, le magazine soulignant que depuis quatre ans, les blogs et les comptes sur les réseaux sociaux se sont multipliés, entraînant plusieurs dérives.

Air Tahiti Nui est partenaire, pour Tahiti Tourisme, de l’acheminement à Tahiti des blogueurs. La compagnie est également sollicitée en direct, car cela répond à ses propres objectifs de communication, et à ses propres opportunités (lire ci-dessous).

Pour les blogueurs, la collaboration avec les offices de tourisme ou les marques doit être en accord avec leur identité. Ils entendent garder leur part de liberté sur le contenu, qu’il soit rédactionnel ou visuel. Le consommateur moderne recherche en effet de l’expérience, du conseil, de l’humain et la crédibilité du blogueur repose sur sa latitude à parler vrai.

Pour les acteurs locaux du secteur touristique, le but est de gagner en visibilité, à l’heure où le web représente une part de marché importante dans les ventes de voyages. Il est donc important pour eux d’être présents sur tous les canaux et d’innover en matière de communication. L’objectif final restant, pour Tahiti Tourisme d’augmenter la fréquentation et pour les marques d’augmenter les ventes et d’accroître le chiffre d’affaires. 

 

Damien Grivois

 

Torea Colas, directeur du marketing et de la communication chez Air Tahiti Nui : “Nous sommes de plus en plus sollicités par les blogueurs”

(© TNTV)

(© TNTV)

Quel est le retour sur investissement pour Air Tahiti Nui (ATN) qui offre le transport à des blogueurs ?

Les démarches de communication ne sont jamais uniques, elles sont complémentaires. Tous les canaux sont sollicités : la presse, la télé, les médias web… Il s’agit d’un maillage : un même message est plus efficace lorsqu’il est répété. Aujourd’hui, le grand public a tendance à se méfier d’une information émanant d’un canal unique. Lorsque
cette même info lui est confirmée sur un réseau social, sur une plateforme vidéo…, ça a pour lui un effet rassurant. C’est à la fois une stratégie recherchée et la réponse à une attente de la clientèle potentielle.

 

 

C’est un moyen de communication efficace ?

Les blogs (photo) et les vlogs (vidéo) ont une force particulière : il s’agit d’un citoyen qui s’adresse à un autre citoyen. Ce partage d’expérience renforce la confiance. Avec toute la puissance du message véhiculé par des images. Ces techniques ont déjà plusieurs années, mais la professionnalisation de cette activité est assez récente. Quelqu’un qui est capable de tenir un vrai carnet de voyage, qui s’appuie sur des photos et des vidéos de bonne qualité, peut aujourd’hui en faire son métier. Certains blogueurs comptent plusieurs millions de followers (suiveurs), donc touchent une importante communauté d’abonnés.

 

 

La compagnie reçoit-elle beaucoup de demandes d’influenceurs ?

Nous sommes de plus en plus sollicités, je dirais de l’ordre d’une dizaine de demandes chaque semaine. Cela nécessite d’être organisé, car il faut faire un tri. Certains marchés ne nous intéressent pas et il y a des cibles ou des thématiques qui ne rentrent pas dans notre stratégie marketing pour promouvoir la Polynésie. Et puis, il faut aussi nous assurer de l’audience réelle d’un blogueur. Car il existe des techniques qui permettent de gonfler artificiellement son nombre de suiveurs ! ATN est très structuré, nous travaillons avec des agences de communication et de relations publiques qui effectuent ces vérifications, et mesurent aussi l’impact potentiel des blogueurs choisis.

 

 

Y a-t-il des marchés émetteurs préférés ?

Cela fonctionne très bien avec le marché nord-américain, la clientèle est très à la pointe des nouveaux moyens de communication. Beaucoup de demandes aussi d’Europe et d’Amérique du Sud. Par exemple, au Brésil, il y a davantage d’entreprises qui ont une page Facebook que d’entreprises qui ont une page web, le taux de pénétration sur ce marché est donc énorme. Donc ATN mise beaucoup sur les blogueurs de ce pays. Au Japon aussi les blogueurs sont importants, mais les médias traditionnels, notamment télévisés, restent prépondérants.

 

 

Quel investissement cela représentet-il pour ATN ?

Pour notre compte ou en partenariat avec Tahiti Tourisme, notre action sponsoring consiste à offrir des billets d’avion. La compagnie soutient ainsi près de 450 partenaires et organisateurs d’événements. Pour les agents de voyage, c’est environ 1 800 billets par an contre 1 200 pour les médias, parmi lesquels environ 20 % de blogueurs.

 

Propos recueillis par D.G.

 

INFLUENCEUR MARKETING POLYNÉSIE INFLUENCEUR

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete