Habillage fond de site

Intempéries – Édouard Fritch fait l’état des lieux

mercredi 5 avril 2017

fritch matatia

Sur la côte est, la délégation gouvernementale s’est surtout intéressée aux ouvrages d’art trop petits pour les crues. (© Jean-Luc Massinon)


Après Papeari, le président Édouard Fritch s’est rendu sur la côte est pour visiter les ouvrages d’art. Certains ponts sont trop bas et les arbres charriés en amont forment des bouchons et des inondations. Des travaux devraient être engagés au cours du deuxième semestre.

Après avoir rencontré des familles de sinistrés dans les quartiers touchés par les intempéries de mercredi dernier, à Papeari, le président Édouard Fritch a pris la direction de Hitia’a o te Ra.

Alors que le tavana Dauphin Domingo et quelques autres élus l’attendaient au pont de Mahateaho, la délégation gouvernementale s’est arrêtée à l’opposé sur la rive gauche pour discuter avec quelques riverains.

Mais le président et ses ministres semblaient plus absorbés par les travaux que les dégâts occasionnés. Il n’y a pas eu de rencontre avec les sinistrés de la Mahateaho, où il y a eu pourtant, au total, 32 maisons inondées.

La première visite était pour l’embouchure de la petite rivière Peretai. Hier, tout le monde a convenu ce que les habitants du quartier réclament depuis longtemps : le curage du sable qui bloque l’évacuation. Le niveau de l’eau monte et, comme le petit pont n’est pas surélevé, le moindre branchage qui s’accroche au parapet obstrue et provoque l’inondation sur tous les terrains du voisinage.

La caravane du président s’est ensuite arrêtée aux autres ouvrages d’art qui posent problème. C’est le cas du pont de Vaihi. Là encore, le pont n’est pas assez surélevé. L’endroit déborde et la route est régulièrement infranchissable.

À Mahaena ensuite, la commune a conduit le président dans la vallée Tefaarahi. Les opposants aux curages se sont invités pour expliquer la situation au président. La solution de l’utilisation d’une ancienne route a été proposée, mais surtout, les propriétaires ont réclamé de la considération. Une rencontre devrait être organisée prochainement.

Une dernière halte a eu lieu à la rivière Vaira’a, où l’évacuation de l’eau pose souvent problème. Des programmes de travaux seraient en cours. Espérons que des améliorations interviennent avant les prochaines grosses pluies.

 

J.-L.M.

 

État des lieux également à Papeari

fritch papeari

On examine, sur le terrain, des zones pour dévier le cours d’eau. (© Charles Taataroa)

Le président du Pays, Édouard Fritch, et une partie de ses ministres ont effectué une visite à Papeari, commune associée de Teva i Uta. La délégation a été reçue par le maire de Teva i Uta, Tearii Alpha, ainsi que le maire délégué de Papeari, Alain Sangue.

La visite a démarré dans le quartier Titaaviri, au PK 55,5, côté montagne. La semaine dernière, plusieurs habitations, situées près de la rivière, ont été inondées. La délégation cherche à comprendre pourquoi, à chaque crue, le même scénario se reproduit.

La visite s’est poursuivie au PK 56, où la rivière Paui est sortie de son lit. C’est la quatrième fois, depuis le début de l’année, que ce quartier a été sérieusement touché. Même cas pour le quartier Afeu, situé au PK 56,5, côté mer. Les maisons situées près de la rivière sont les plus exposées.

Les résidents ont déjà exprimé leur ras-le-bol auprès des autorités communales, qui ont effectué une visite des lieux lundi. Avec le ministre de l’Équipement qui était présent, la réalisation de lourds travaux a été projetée, de manière à parer à de nouvelles inondations. Le maire délégué de Papeari Alain Sangue a précisé la nécessité de ces travaux afin de sécuriser les biens et les personnes.

Autre difficulté relevée lors de cette visite, la plupart des propriétés bâties ont un niveau très bas par rapport à la route de servitude et se transforment à chaque pluie en une énorme cuve d’eau. Certains résidents ne comprennent pas pourquoi leur permis de construire a été accordé alors que la zone d’habitation est une zone à risques.

Au niveau des rivières, des études seront effectuées pour réaliser des déviations ; cela ne peut se faire sans la maîtrise du foncier. L’urgence des travaux est justifiée, ce qu’a constaté le président Édouard Fritch avant de poursuivre sa visite sur la côte est de Tahiti pour les mêmes raisons.

 

C.T.

 

Retrouvez l’intégralité de l’article dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique avec notamment l’interview d’Édouard Fritch

 

 

 

 

2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete