Habillage fond de site

INTERNET – Signature avec Alcatel Submarine Networks pour Natitua

vendredi 21 juillet 2017

câble bidal fritch

“Débit trop lent”, “Internet hors de prix”, le contrat du projet d’Internet haut débit, signé hier a la présidence, devrait mettre fin à l’obsolescence Internet de plus d’une dizaine d’îles. (© Claire Allavena)

Le contrat du projet de câble sous-marin Natitua a été signé hier. Prévu pour fin 2018, il vise à étendre l’infrastructure Internet existante.

Ainsi, Jean-François Martin le P.-D.G. de l’Office des postes et télécommunications (OPT) et Paul Gabla, le directeur commercial et marketing d’Alcatel Submarine Networks (ASN) ont apposé leur signature sur les documents relatifs à ce vaste chantier.

Un engagement entre l’OPT et ASN qui acte la fourniture, l’installation et la mise en service d’un système de communication à haut débit par câbles sous-marins à fibre optique, qui relira Tahiti à certaines îles des archipels des Tuamotu et des Marquises.

Lors de ce moment-clé, Édouard Fritch, le président de la Polynésie française et le haut-commissaire René Bidal ont tenu à rappeler leur enthousiasme.

“Je souhaite que la Polynésie française entre pleinement dans l’ère numérique et devienne une nation d’îles connectées, des Smart Islands à la pointe de l’innovation dans les prochaines années”, a déclaré le président. Rejoint par Paul Gabla  : “C’est un projet qui va faire faire un bon dans le futur à tous les habitants de la Polynésie”.

 

“On est à l’âge de pierre aujourd’hui“

 

“Il y aura un avant et un après Natitua”, a affirmé Édouard Fritch. Un pas en avant que Félix Tokoragi, maire de Makemo, présent pour l’occasion, a tenu à commenter : “J’ai beaucoup d’émotions aujourd’hui. Ce câble, c’est l’avenir. On est à l’âge de pierre aujourd’hui dans nos archipels”.

L’occasion de rappeler la situation actuelle. “On a une pénurie de médecins. La télémédecine va changer beaucoup de choses pour nous.”

Le dispositif de pratique médicale offrira un large panel d’actions : diagnostic, prescription de médicaments, ou encore surveillance des patients…

Une avancée bienvenue,
comme l’a souligné le haut-commissaire : “Je pense aux évasanés qui nécessitent parfois 5 à 8 heures de trajet. Ces îles, qui sont très éloignées, ont besoin de la télémédecine.”

Autres améliorations attendues : le téléenseignement, qui vise à enrichir les cursus scolaires, mais aussi l’amélioration des conditions d’internat des plus jeunes, via la vision conférence.

“Certains enfants quittent leur île à l’âge de 7 ou 8 ans pour poursuivre leur scolarité. Avec le haut débit, on va pouvoir améliorer la rupture affective”, explique le maire de Makemo. Cet éloignement serait d’ailleurs l’un des principaux motifs de décrochage scolaire, selon le ministère de l’Éducation.  L’aspect économique est aussi l’un des volets visés.

“C’est une nécessité pour le développement local. Ce manque prive les archipels d’un potentiel touristique, affirme René Bidal. La démographie des archipels se détériore aussi à cause du numérique.”

Beaucoup d’espoir, donc, accompagne ce câble, dont la mise en service est prévue pour 2018.

 

Claire Allavena

 

 

118
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete