Habillage fond de site

Interview « 2nd tour » du Tahoeraa : “Nous sommes pionniers sur l’aspect social” selon Geffry Salmon

vendredi 4 mai 2018

IMG_1694

Geffry Salmon, tête de liste du Tahoeraa huiraatira, accuse les détracteurs du programme orange de manquer d’ambition pour la Polynésie. (Photo : Caroline Perdrix)

Quelle est votre analyse des résultats du premier tour ?

Ils sont intéressants en cela que labstention est la première force politique de ce scrutin. Malgré notre programme, notamment les 12 mesures durgence, lélectorat que nous pensions être le nôtre ne sest pas entièrement présenté au rendez-vous.

Mais ils sont encourageants parce que nous arrivons seconds. Et ce qui nous remonte depuis le terrain, cest quil y a quand même des agissements qui entacheraient la sincérité des votes. Ils (le Tapura huiraatira, NDLR) ont déployé une monstruosité de moyens, et de manière très militaire

Ils ont été à bonne école ?

Ouimais lélève dépasse parfois le maître.

Pensez-vous que le Tahoeraa dispose dun réservoir de voix pour le second tour ?

On peut lespérer, cest la réponse la plus honnête que je peux donner. On voit bien, en quelque sorte, que malgré les propositions, les débats, les réunions, il reste une certaine réticence à se déplacer.

Cette abstention qui devient comparable à ce que lon peut voir dans les grands pays occidentaux, nest-ce pas le signe que les Polynésiens sont moins intéressés par la politique ?

Cest certain. Les gens ne se sentent pas tellement concernés. Mais je trouve que ça leur est dommageable.

Quand on regarde les programmes, ils présentent quand même certaines similitudes. Nest-ce pas lune des explications à ce désintérêt ?

Il y a des similitudes parce quon traite des mêmes problèmes. En revanche, sur laspect social, je pense que nous sommes quand même pionniers dans la recherche daccompagnement. La détresse sociale semble ne pas être vue comme une réalité par nos adversaires.

Je ne vois pas en quoi redonner du pouvoir dachat aux gens serait instrumentaliser la détresse. Quelquun qui gagne 152 000 F et qui a une femme et un enfant, on comprend bien que cest un travailleur pauvre. Et on prive ces gens-là de futur. Et quest-ce quon fait de ce stock de travailleurs pauvres ? Les choses qui sont mises en œuvre ne peuvent pas répondre à ce problème, cest une gouvernance du statu quo, cest leur slogan, ‘Continuons ensemble’. Mais pour faire quoi ?

Le Tahoeraa a été dépeuplé par la création du Tapura. Si le Tahoeraa remportait les élections, est-ce que vous auriez de quoi constituer une équipe gouvernementale crédible ?

Cest là où lexpérience de M. Flosse nous sert largement parce quil connaît la mise en œuvre dun gouvernement. Effectivement il a recensé certaines compétences. Bon, il ne livre pas ces éléments à tout le monde. Mais tout ceci est bien clair dans son esprit. Le problème, cest que ces personnes sont par exemples enseignants, ou dans ladministration, et elles ont peur de se faire couper la tête.

Pensez-vous que la population croit encore aux promesses sur le pouvoir dachat, comme le bus à 100 F ou lInternet à 1 000 F ?

Encore une fois, nous sommes dans le cadre dune élection. Puisque le coût de la vie continue daugmenter et quon narrive pas à augmenter les salaires, il faut bien trouver une façon ou une autre pour restaurer le pouvoir dachat.

Moi, je pense que lassurance maladie, et notamment les cotisations salariales, devraient être financées par lensemble de la collectivité. Il faudrait monter ce quon appellerait une TVA sociale. Mais cette idée a été abandonnée parce que cette fiscalité ne conviendrait pas au monde économique aujourdhui.

Le gouvernement sortant a-t-il trop privilégié le monde économique au regard des problèmes sociaux que rencontre la Polynésie ?

Non, je ne dirais pas ça. Il a fait beaucoup de choses, mais de manière toute théorique. Il y a eu des études, des colloques, des tas de mesures ont été listées et présentées, mais la mise en action est encore absente. Je ne vois pas les créations demplois dont ils parlent, parce quils parlent de 10 000 emplois dun côté, mais de lautre, quand je regarde les statistiques de la CPS, nous sommes à 1 464 emplois sur deux années. Donc je ne my retrouve pas forcément (Selon lISPF, de septembre 2015 à septembre 2017 – derniers chiffres disponibles –, le nombre demplois salariés créés est de 2 888, NDLR).

Pour financer les dépenses publiques que provoqueraient ses mesures sociales, le Tahoeraa prétend pouvoir financer les grands projets grâce à un investisseur providentiel. Mais avez-vous un plan B ?

Le modèle social que nous proposons dans le cadre des 12 mesures durgence ne peut véritablement perdurer que dans la mesure où, presque simultanément, les grands travaux peuvent démarrer.

Mais jai limpression quen Polynésie, on ne peut rien faire qui soit quelque peu ambitieux. De ce point de vue-là, nous sommes bien français. Prenez la PSG, on nous a flingués. Prenez Air Tahiti Nui, on nous a flingués. Moi-même jai été à lorigine du projet Honotua, et bien on a perdu les élections de 2004.

Parlons déducation. Un taux dillettrisme à 42 % est un frein au développement. Comment réconcilier les jeunes avec lécole ?

Le problème nest pas uniquement polynésien. En métropole, les mêmes choses peuvent être observées. Pas dans les mêmes proportions, mais lillettrisme sil nest pas à 40 %, en tout cas, il est bien à 30 % (il est à 7 % dans l’Hexagone selon les dernières données disponibles de lInsee, NDLR). En tout cas, à lentrée en 6e, les études montrent que lenfant ne maîtrise pas les bases.

Je trouve que le nouveau ministre français de lÉducation, Jean-Michel Blanquer, a des idées quant à une réforme qui permettrait de mieux répondre au problème posé.

Je nai pas de réponse toute faite. Je pense que sil y a une réponse à construire, ça doit se faire avec les enseignants, mais ça demandera un énorme travail.

Certaines déclarations de Gaston Flosse ont laissé penser quil menaçait de bloquer le pays avec laide des syndicalistes. Que répondez-vous à cela ?

Il suffit de regarder la chronologie des faits, le Tahoeraa na à aucun moment eu de discussions avec le pouvoir syndical. En revanche, après que cette manifestation a eu lieu, il y a eu un rapprochement. Le président a vu quil sagissait de 10 000 personnes (4 200 selon la police, NDLR) et quelles méritaient dêtre entendues.

Vous êtes réellement prêt à laisser la place à Gaston Flosse ?

Dans la proposition qui ma été faite, il était clair, effectivement, que, si le Tahoeraa venait à être élu, la présidence du gouvernement me serait confiée, et la présidence de lassemblée proposée à Teura Iriti.

Il na jamais été question pour M. Flosse de saucissonner la mandature. Des bruits ont couru sur une dissolution mais ça ne se fait pas comme ça du tout. Il ny a pas eu de manipulation de ce type. En revanche, Teura et moi étions interchangeables, il aurait pu dire à un moment donné : “Je veux une femme à la tête du gouvernement”.

Quel est, selon vous, largument décisif qui puisse convaincre les électeurs de se déplacer dimanche pour voter Tahoeraa ?

Dabord regarder quel serait lintérêt pour eux, parce quil y a un choix à faire. Notre programme découle dun constat, dune vision de lavenir, des propositions et des possibilités de gestion que nous avons. Nous nallons pas simplement promettre, nous allons faire les choses.

Je pense que sagissant du monde du travail, le contrat dapprenti salarié est une bonne mesure parce quelle permet déconomiser au niveau du RST. Le versement des cotisations participera au redressement des comptes sociaux.

Le revenu mensuel dexistence pour les mères au foyer, jusquà ce que éventuellement les grands travaux permettent le développement de lactivité donc un emploi, permettra à nombre de familles de sen sortir un peu mieux, parce que je considère que la mère au foyer, cest la première école.

Et enfin, le pouvoir dachat, je pense que cest indispensable. Oui, ça peut être interprété comme une forme dassistanat, mais je ne vois pas comment faire autrement.

 

Propos recueillis par Caroline Perdrix

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete