Habillage fond de site

IRAK – Des chefs jihadistes quittent Mossoul

jeudi 20 octobre 2016

IRAK

Des forces gouvernementales irakiennes se déploient à 30 kilomètres de Mossoul. (© Ahmad Al-Rubaye/AFP)

 

Les forces irakiennes s’apprêtent à lancer aujourd’hui plusieurs assauts autour de Mossoul, le dernier bastion du groupe État islamique (EI) en Irak, que des chefs jihadistes ont déjà quitté selon un général américain.
Depuis lundi, les forces fédérales et kurdes irakiennes ont fait de rapides progrès, se rapprochant depuis plusieurs directions de la deuxième ville d’Irak. Elles sont appuyées par la coalition internationale dirigée par Washington qui, outre son aviation, a des militaires sur le terrain pour les conseiller.
Selon un général américain de la coalition, “des responsables (de l’EI) ont quitté” la ville et ce sont des jihadistes étrangers “qui resteront et combattront” à Mossoul. “Nous disons à l’EI que leurs chefs les abandonnent”, a dit Gary Volesky.

Avant d’atteindre les abords directs de la ville, où 3 000 à 4 500 combattants seraient retranchés, les forces progouvernementales doivent d’abord s’emparer de territoires contrôlés par l’EI tout autour de la cité.
Cette bataille sera “difficile” a prévenu le président américain Barack Obama et elle pourrait même durer des mois selon des responsables irakiens.
Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi s’est rendu sur la ligne de front hier, dans les environs de Mossoul, où des soldats et policiers irakiens et des combattants kurdes et autres s’apprêtent à lancer jeudi des assauts depuis plusieurs directions

Dans la ville même, des centaines de milliers de civils vivent depuis lundi au rythme des frappes aériennes contre l’EI.
“On entend des explosions énormes mais je ne sais pas quelles sont les cibles”, a affirmé Abou Saïf, un résident de 47 ans joint par téléphone. “Beaucoup de familles commencent à manquer de certains produits alimentaires de base, il n’y a plus de commerce à Mossoul, la ville est coupée du monde.”

Abou Imad, un autre habitant, a lui fait état de hausses des prix et de dévaluation du dinar irakien au marché noir. Les habitants affirment en outre que de nombreuses rues sont fermées à la circulation la nuit et à moitié vide en journée.
À 15 kilomètres au sud-est de Mossoul, les forces fédérales sont entrées mardi dans plusieurs quartiers de la ville chrétienne de Qaraqosh, suscitant des manifestations de joie parmi les chrétiens de la région réfugiés à Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien.

Des officiers du contre-terrorisme irakien ont affirmé que leurs forces étaient en passe de chasser les jihadistes de cette ville.
“Nous encerclons Hamdaniya”, le district dans lequel se trouve Qaraqosh, a déclaré le lieutenant Riyadh Tawfiq, commandant des forces terrestres irakiennes, depuis la base de Qayyarah, d’où est organisé le gros de l’offensive vers Mossoul.

“Il y a des poches (de résistance), des combats, ils (les jihadistes) envoient des voitures piégées mais cela ne les aidera pas.”
Environ 50 000 personnes vivaient à Qaraqosh avant l’arrivée des jihadistes en 2014.
C’était le lieu en Irak “où il y avait le plus de chrétiens au même endroit”, selon Faraj Benoit Camurat, président de Fraternité en Irak, une ONG qui soutient les minorités irakiennes. Sa prise aurait donc “une portée symbolique importante” pour les chrétiens d’Irak, qui seraient maintenant moins de 350 000.

AFP

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete