Habillage fond de site

“J’ai peut-être poussé le bouchon un peu loin”

vendredi 16 juin 2017

Arrivé libre, celui qui, hier encore, cherchait à aborder  son ex-petite amie devant le tribunal, a dormi à Nuutania.  (© Photos : Caire Allavena )

Arrivé libre, celui qui, hier encore, cherchait à aborder
son ex-petite amie devant le tribunal, a dormi à Nuutania. (© Photos : Caire Allavena )

John est arrivé hier au tribunal correctionnel de Papeete, libre. L’ex-rameur de va’a, à la carrure imposante et à l’air désinvolte, s’agite à peine, alors que le président du tribunal énonce les faits.
“Vous êtes accusé d’harcèlements ayant entraîné une dégradation de santé physique et mentale chez votre ex-compagne et d’une incapacité à travailler de 30 jours, d’appels malveillants et de récidives. Elle a du mal à s’endormir, à se nourrir. Sa fille de 13 ans a dû partir de son domicile pour aller chez son père, à cause de vos agissements.”
L’intéressé reste impassible, encore. L’histoire qui le lie toujours à son ex-compagne, plus d’un an après leur rupture, ne semble pas le déranger.

“En mai 2016, votre compagne veut se séparer, et là, ce sont les cris, les insultes. Quand elle demande au policier de venir vous expulser de l’appartement, le harcèlement commence. Vous squattez son palier, dans les parties communes, vous l’appelez jusqu’à 58 fois par jour tous les jours, avec des numéros différents. Vous lui envoyez des SMS, des e-mail, des messages Facebook. Vous tapez à sa porte, de jour comme de nuit. Vous l’attendez dans son parking. Vous allez à sa salle de sport…”

En guise de réponse, un haussement d’épaule, et un : “J’ai peut-être poussé le bouchon un peu loin”, détaché.
Sur le banc de la partie civile, la victime est secouée de tremblements irrépressibles. Harcelée depuis plus d’un an, jour et nuit, elle semble à bout de nerfs.  
“La seule chose que je veux, c’est qu’il me laisse tranquille”, parvient-elle à dire à la barre, d’unevoix tremblante.
L’ex-rameur de va’a n’en est pas à son premier coup d’éclat. Sept condamnations entre 2008 et 2016, dont une avec de la prison ferme pour des actes de violence sur une de ses anciennes compagnes, la mère de son enfant de 10 ans. Des actes de violences précédés d’harcèlements.

“On a l’impression que vous revivez toujours la même chose au fil de vos relations !”, commente le procureur.
Une longue liste de récidives, de manquements de rendez-vous judiciaires, étoffent encore le dossier déjà chargé de John,
alors que son avocate prend la parole.

“C’est une désagréable histoire, mais vous avez deux options. Soit, vous vous dites que c’est un grand malade et vous l’enfermez en prison (…). Soit, vous vous dites simplement que c’est un homme blessé dans son ego, qui est amoureux de cette jeune femme, qui n’a pas su gérer…”,  plaide-t-elle.
La cour a tranché. Ce sera deux ans de prison, dont un ferme.

 

Claire Allavena

Orianne Obrize
378
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete