Jean-Claude Henriou, éleveur de bonsais

samedi 28 mars 2015

Un bonsaï ou bonzaï est, selon la tradition japonaise, un arbre ou une plante en pot. Cet arbre est miniaturisé par des techniques de taille particulières et en ligaturant les branches. Le bonsaï ne cherche pas le mimétisme avec la nature, mais l’évocation en miniature de la puissance de l’arbre. Au Japon, la filière bonsaï est très structurée. Qu’en est-il en Polynésie ? La réponse se trouve au bout d’une servitude de Papara, auprès de Jean-Claude Henriou qui présente une exposition du 28 mars au 2 avril, à la galerie Au chevalet à Taunoa, à Papeete.

Qui êtes-vous Jean-Claude Henriou ?
Je suis né à Papeete, il y a 39 ans et je suis un amoureux, passionné de bonsais. Le bonsaï ne fait pas partie de la culture polynésienne, toutefois, à Tahiti, il y a plusieurs passionnés qui aiment maîtriser “le vivant” et jouer avec la nature. Nous sommes donc éleveurs et en même temps créateurs.

Depuis combien de temps élevez-vous des bonsais ?
Je me suis lancé dans l’élevage des bonsais en 1989, ce qui fait 26 ans. À l’époque, j’étais en classe de 5e au collège de Paea. Actuellement j’en possède près de 200 ; j’aime tout particulièrement le mariage de la plante avec du corail.

Quelles techniques utilisez-vous ?
Les techniques classiques du jardinage, bouturage, greffe et marcottage et également les semis ainsi que la recherche de plantes dans la nature.

Les arbres polynésiens peuvent-ils devenir des bonsais ?
Pour des raisons évidentes, on ne peut pas faire des bonsais avec les cocotiers et les ‘uru ; par contre les ficus, les bougainvilliers et les tipaniers deviennent de magnifiques bonsais.

Les bonsais demandent-ils beaucoup de soins ?
Rien n’est facile. Avec le temps, on obtient de beaux résultats. Il faut être patient, voire très patient et ne pas chercher à brûler les étapes.

Vendez-vous des bonsais ? Quels conseils donnez-vous aux acheteurs ?
Je ne vends qu’occasionnellement des bonsais car pour moi chaque plante est sacrée. Il faut considérer le bonsaï comme un être vivant, en prendre soin de manière permanente et l’arroser régulièrement car c’est très important, en évitant toutefois de le noyer. Une fiche technique est fournie avec chaque plante et j’assure un suivi à la demande.

Est-ce votre première exposition ? Combien de plantes sont présentées ?
J’ai participé à ma première exposition en 1997 avec des amis, elle a eu lieu à la mairie de Papeete.
Cette année, je présente une vingtaine de plantes qui sont âgées de 7 à 25 ans. J’invite tous ceux qui le peuvent à venir voir les plantes que je vais exposer car ce sont de belles plantes et ce genre d’exposition est assez rare à Tahiti.

De notre correspondant A.K.

Pratique

Jean-Claude Henriou – “Main verte” – Tél. : 87.78.03.86
Inauguration de l’exposition-vente : samedi 28 mars à 8 heures
 Exposition du 28 mars au 2 avril, à la galerie Au chevalet
La galerie Au chevalet, chez Joseph Prokop est située avenue Pomare V, immeuble Lifont à Fariipiti à Papeete.
Ouverture : lundi de 13 h 30 jusqu’à 16 heures. De mardi à jeudi de 8 à 16 heures.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete