Jeux du Pacifique 2023 – Après la déception, le rebond vers 2027

    jeudi 12 mai 2016

    Le monde sportif a été littéralement sonné d’apprendre que les îles Salomon avaient été préférées à Tahiti pour organiser les Jeux du Pacifique 2023.  Beaucoup doutent qu’ils puissent inviter tous frais payés, billets d’avion compris une cinquantaine de sportifs de chaque pays, comme ils l’ont promis. Du côté du COPF qui portait la candidature polynésienne, l’on regarde dès à présent vers 2027.

    Avec une double claque cette semaine, en va’a en Australie tout d’abord, puis au Vanuatu où les Salomon ont été préférées à Tahiti pour l’organisation des Jeux du Pacifique 2023, le monde local du sport est ébranlé. Avant-hier à Port Vila, une seule voix séparait les deux candidats, mais le verdict est tombé sans qu’il y ait de recours possible. Quelle est la raison de cet échec ?

    La question va forcément se poser au retour du président du COPF, Tauhiti Nena, qui était accompagné par une importante délégation de présidents de fédérations. La ministre chargée des sports, Nicole Fareata Sanquer, était aussi venue apporter son soutien au dossier présenté. Mais celui-ci n’a pas résisté à l’argument surprise présenté par l’autre candidat, à savoir la gratuité des transports, de l’hébergement et de la nourriture sur place pour 50 athlètes de chaque pays. Clientélisme ? Affabulation ? On le saura dans les années à venir, mais en tout cas cette proposition pour le moins démagogique a indéniablement convaincu les petits pays de la zone à opter pour la solution Salomon plutôt que celle de Tahiti, victime de son éloignement et de sa cherté tant dans l’aérien que le logement et l’alimentation.

    Ils ont surtout promis monts et merveilles

    “Nous sommes forcément déçus. Nous avions beaucoup travaillé sur notre candidature, je pense qu’on avait un très bon dossier. C’était très serré à une voix près, mais nos concurrents les Salomon ont eu un soutien très fort de tout leur gouvernement, et ils ont surtout promis monts et merveilles, à savoir la prise en charge totale du billet d’avion pour le déplacement d’environ 50 personnes par pays, des séjours gratuits sur l’ensemble des délégations pendant la durée des jeux”, explique Bernard Costa, trésorier général du COPF.

    “Cela revient à proposer à tous les petits pays qui ont des délégations de prendre 40 ou 50 athlètes et de participer aux Jeux totalement gratuitement, ce qui forcément à une influence directe sur les décisions de vote de tous les petits pays qui ont peu de moyens, même si on sait que ce genre de promesse est difficilement tenable sur la durée.” Comme pour les Jeux Olympiques, chaque pays ayant le même poids de vote, on comprend alors facilement que la balance ait penché du côté de Salomon.

    Être persistant et à se projeter sur 2027

    Reste maintenant à Tahiti de digérer cette défaite et de revoir sa copie pour éventuellement représenter sa candidature pour les Jeux suivants, en 2027. “C’est vrai que l’on court après cette organisation depuis longtemps, comme Paris qui a connu plusieurs échecs pour l’organisation des JO en espérant passer au final, mais vu l’écart très faible de voix et la constance que l’on a de présenter notre candidature deux fois de suite, je pense que l’on a tout intérêt à être persistant et à se projeter sur 2027”, conclut Bernard Costa. En attendant, la Polynésie devra continuer à entretenir son parc d’équipement sportif sur fonds propres ou avec l’aide de l’État voire de l’Europe, et pourquoi pas construire également de nouvelles infrastructures.

    Le tout sans oublier d’assainir le fonctionnement des fédérations sportives locales en mettant un terme à certaines querelles qui ont peut-être fait de l’ombre à l’unité que doit monter un Pays tout entier dans le soutien inconditionnel à l’organisation d’un tel événement.

    Jean-Marc Monnier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete