Habillage fond de site

Jeux du Pacifique – Tahiti à la peine en sports collectifs

mardi 9 juillet 2019

Une chose est certaine : aucun des adversaires de Tahiti ne devra être pris à la légère, notamment en sports collectifs. (© Jean-Marc Monnier)

Une chose est certaine : aucun des adversaires de Tahiti ne devra être pris à la légère, notamment en sports collectifs. (© Jean-Marc Monnier)


Tahiti a bien démarré les XVIes Jeux du Pacifique en remportant sa première médaille d’or dès la première matinée grâce à Rahiti De Vos en natation. Par contre, en sports collectifs, les Tahitiens ont été moins performants en perdant leurs premiers matches en beach-volley, en basket-ball et en football. D’autres disciplines telles que le badminton ont permis à Tahiti de s’illustrer, il en sera de même avec le va’a, tandis que le tennis a eu du mal à démarrer pour cause de pluie.

Après un démarrage en fanfare pour Tahiti qui remportait sa première médaille d’or au 5 km de natation dès le début de la première matinée de ces XVIes Jeux du Pacifique aux Samoa grâce à la performance de Rahiti De Vos qui devançait deux nageurs Cagous, la suite de la première journée a été un peu plus complexe que prévue pour les Tahitiens. Si ces derniers ont bien tiré leur épingle du jeu dans les sports dits individuels tels que le badminton et le tennis de table, ils ont par contre été à la peine dans les sports collectifs en perdant notamment le tout premier match de beach-volley sur le front de mer de Apia.

Tahiti était opposé à l’équipe masculine locale des Samoa et après avoir mené dans le début du premier set, Terau Ena et Jérémie Paraue étaient ensuite rattrapés puis dépassés par leurs adversaires. Les Samoans obtenaient une première balle de set arrachée par les Tahitiens qui en sauvaient deux de plus avant finalement de s’incliner 25-23.

 

Corriger le bloc de défense

 

Dans le set suivant, les hommes d’Abel Temarii redressaient la tête et s’imposaient rapidement et sans trop de difficulté 21-12, mais après un beau combat dans le troisième et dernier set, ils se faisaient distancer en fin de partie et perdaient sur le fil 15-11. Soit 2 sets à 1 en faveur des Samoans dont les supporters locaux explosaient de joies grâce à cette toute première victoire collective dans “leur” Jeux.

“Je pense que c’est sur le plan défensif qu’on n’a pas été bon, on a perdu au bloc surtout, dans le système de défense, donc il faut qu’on corrige ça avant les prochains matches”, commentait le coach de la sélection tahitienne à l’issue de cette première défaite.

En football où Tahiti a connu une double déconvenue tant chez les hommes que chez les femmes, tout comme en basket-ball où la délégation masculine s’est inclinée dans son match d’ouverture (voir ci-dessous), le bilan des premières rencontres était assez décevant, tandis que la pluie n’avait pas permis de lancer le moindre match de tennis sur les courts de l’Apia Park au lendemain de la cérémonie d’ouverture.

L’entrée en lice des nageurs en piscine, des rameurs en va’a et des tireurs à l’arc mardi et mercredi devrait permettre à Tahiti de poursuivre une moisson de médaille bien démarrée avec de l’or, mais qu’il faudra améliorer pour ne pas se laisser distancer. Notamment en sports collectifs où les Tahitiens sont déjà à un match de l’élimination…

 

Jean-Marc Monnier

 

Cinq Tahitiens en handisports

Les athlètes de la Fédération polynésienne de sports adaptés et handisports avaient ouvert la marche lors du défilé du 29 juin dernier à Papeete avant leur départ pour Samoa. (© archives LDT)

Les athlètes de la Fédération polynésienne de sports adaptés et handisports avaient ouvert la marche lors du défilé du 29 juin dernier à Papeete avant leur départ pour Samoa. (© archives LDT)

La Fédération polynésienne de sports adaptés et handisports (FPSAH) est bien représentée aux Samoa non seulement par sa présidente Henriette Kamia qui est arrivée samedi dernier à Apia par le vol charter d’Air Tahiti Nui, mais aussi par ses athlètes qui vont eux aussi tenter de décrocher des médailles pour Tahiti.

“Nous envoyons huit personnes aux Jeux dont cinq athlètes qui seront présents dans les disciplines de l’athlétisme et du tennis de table mais, hélas, il n’y aura pas de parava’a”, explique Alain Barrère, directeur de cette fédération locale. “Henriette Kamia se déplace justement sur ces Jeux pour essayer de faire comprendre aux instances supérieures qui représentent ce pays que les personnes handicapées peuvent elles aussi avoir droit à plus de deux disciplines et on attend de voir le parava’a s’ouvrir pour que l’on puisse revenir avec de l’or entre les mains”, ajoute Alain Barrère.

Ce dernier a également tenu à souligner la courageuse initiative d’un handicapé déjà bien connu dans le monde sportif local qui va concourir sous les couleurs de la Fédération tahitienne de tir à l’arc (voir ci-dessous), non pas dans une catégorie handisports, mais bel et bien avec les valides. Une médaille serait la bienvenue rien que pour saluer cet exploit sportif !

 

Jean-Marc Monnier

 

Les tireurs à l’arc visent l’or

Un des membres de la sélection de la Fédération tahitienne de tir à l’arc (FTTA) est en fauteuil mais tire avec les valides, tandis qu’un autre est vice-champion de France en titre ! Photo : Jean-Marc Monnier

Un des membres de la sélection de la Fédération tahitienne de tir à l’arc (FTTA) est en fauteuil mais tire avec les valides, tandis qu’un autre est vice-champion de France en titre ! (Photo : Jean-Marc Monnier)

La Fédération tahitienne de tir à l’arc (FTTA) n’y va pas par quatre chemins lorsqu’on lui demande quelles sont ses ambitions aux Samoa. L’objectif est clair : planter les flèches au centre de la cible pour monter le plus haut possible sur le podium. “Nous partons avec huit tireurs, trois en arc classiques hommes et une en arc classique femmes, et trois en arc à poulies hommes et un chez les femmes. Et nous souhaitons être sur tous les podiums sachant que l’on pourrait décrocher dix médailles au total”, affirme Didier Gras, président de la Fédération tahitienne de tir à l’arc (FTTA).

Ce dernier se souvient des excellents résultats obtenus non pas il y a quatre ans, mais il y a huit ans sur le Caillou, et il entend faire mieux.

 

Un vice-champion de France dans l’équipe

 

“Il n’y avait pas le tir à l’arc lors des derniers Jeux du Pacifique en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais nous étions en Nouvelle-Calédonie et nous avions gagné quatre médailles d’or. Pour Samoa, nous avons fait venir un archer qui fait ses études en France, Thierry Teng, le frère de Teddy, qui a décroché une médaille d’argent aux Championnats de France par équipes. Les autres sont tous des compétiteurs locaux et nous pensons avoir pris les meilleurs du Championnat”, ajoute Didier Gras.

La compétition risque donc d’être belle d’autant plus qu’en catégorie senior devrait figurer le Premier ministre des Samoa en personne. “C’est un tireur en arc à poulie, il participait déjà aux Jeux de Apia en 2007 et il espère conserver son titre sachant qu’il y avait déjà fait un podium”, conclut le président de la FTTA.

Ne reste plus à nos représentants, dont un en fauteuil roulant mais qui tire avec les valides, qu’à tirer sur la chevillette et l’or cherra…

 

Jean-Marc Monnier

 

BASKET-BALL : Tahiti devra battre la Papouasie

Trop de déchets en lancers francs ont entraîné la perte de nombreux points qui ont coûté la victoire aux Tahitiens. Photos : Jean-Marc Monnier

Trop de déchets en lancers francs ont entraîné la perte de nombreux points qui ont coûté la victoire aux Tahitiens. (Photos : Jean-Marc Monnier)


Tahiti a été battu par Fidji 80 à 66 lundi dans son premier match d’ouverture des Jeux du Pacifique aux Samoa. La sélection tahitienne a eu du mal à démarrer puis a réussi à revenir et à coller au score avant de lâcher prise en fin de match. Les joueurs de Honoura Bonnet ont une rencontre capitale à disputer mercredi face à la Papouasie-Nouvelle-Guinée s’ils veulent continuer le tournoi.

L’entrée en matière de Tahiti en basket-ball aura été plus compliquée que prévue lundi en fin d’après-midi dans une des salles du complexe sportif de Faleata à Apia. Opposés à la vaillante équipe de Fidji qui ouvre le score dès la deuxième minute de jeu, les hommes de Honoura Bonnet marquent ensuite leur premier point sur un lancer franc, point qui restera unique pendant de longues minutes tandis que les Fidjiens eux les accumulent sans discontinuer.

Ce n’est qu’à 12-1 que les Tahitiens réussissent enfin à marquer de nouveau, encore sur lancer franc où le ballon ne rentre qu’une seule fois dans le filet alors qu’il y avait trois chances de scorer.

Mal réveillé en ce début de match, Tahiti fini ce premier quart-temps sur le score peu glorieux de 18-6, et la note va même s’alourdir à la reprise et Fidji disposera ensuite de quinze points d’avance en atteignant 25-10.

Soutenus moralement par Vairupe Perez qui en a vu d’autres dans sa carrière professionnelle à l’ASVEL, les Tahitiens ne baissent pas la tête pour autant et, petit à petit, réussissent à grignoter l’écart en jouant de manière plus appliquée et en bénéficiant d’une meilleure réussite dans leurs tirs.

Résultat : le score n’est plus que de 34-30 à la mi-temps !

 

Tahiti revient à seulement trois points

 

Avec ce faible écart de quatre points à rattraper, les dix minutes de pause sont cruciales pour le coach qui donne des instructions mises en oeuvre dès le retour des joueurs sur le parquet samoan. Tahiti tient tête mais ne réussit pas pour autant à inverser le cours du match et Fidji termine le troisième quart-temps avec à nouveau quatre points d’avance : 55-51.

La dernière période va être cruciale et les Tahitiens qui lancent toutes leurs forces dans la bataille ne sont plus qu’à trois points d’écart des Fidjiens à dix minutes de la fin (58-55). Mais ces derniers ne lâchent rien et repartent même au combat en creusant de nouveau l’écart avec les Tahitiens qui manquent d’assurance en perdant de nombreux points lors de lancers francs qui passent à côté du panier !

Progressivement, Fidji reprend le large et Tahiti déçu lâche prise dans les dernières minutes de sorte que le match se termine sur le score de 80 à 66. Une grosse déception donc au retour dans les vestiaires pour la sélection tahitienne qui a pourtant eu de peu le sort du match entre ses mains, mais qui laisse filer une victoire importante puisque, du coup, la prochaine rencontre face à la Papouasie-Nouvelle-Guinée mercredi sera décisive.

En effet, en cas de nouvelle défaite, Tahiti n’aura plus la possibilité d’accéder à la phase finale du tournoi et cela quelle que soit l’issue du troisième et dernier match de poule.

 

Jean-Marc Monnier

 

FOOTBALL – Double défaite de Tahiti battu par Fidji et par les Cook

Les Tahitiens ont été confrontés à un jeu physique voire agressif de la part des Fidjiens très à l’aise sur ce terrain. (© Jean-Marc Monnier)

Les Tahitiens ont été confrontés à un jeu physique voire agressif de la part des Fidjiens très à l’aise sur ce terrain. (© Jean-Marc Monnier)


Les sélections masculine et féminine de football de Tahiti ont toutes les deux été battues dès leur premier match lundi après-midi à Apia. Les Toa Aito se sont inclinés 1-2 face à une vaillante équipe fidjienne qu’ils auraient pu battre s’ils s’étaient réveillés moins tardivement. Les Vahine Ura ont perdu 0-2 après un premier but évitable qui leur a sapé le moral tandis que la pluie n’a pas facilité leur démarrage.

Le démarrage des rencontres footballistiques que disputent les sélections masculine et féminine de Tahiti dans le cadre des XVIes Jeux du Pacifique a été difficile lundi après-midi sur les pelouses gorgées d’eau du complexe sportif de Faleata situé sur les hauteurs de Apia. Toutes les deux ont en effet été battues dès leur premier match, le premier perdu 1-2 par les hommes face à Fidji, le second également perdu mais sur le score de 0-2 par les filles face aux joueuses des îles Cook.

Les Toa Aito tout d’abord sont confrontés dès le coup d’envoi de leur match à une forte opposition fidjienne qui aboutit, hélas, tout naturellement à l’ouverture du score en leur faveur au bout d’à peine cinq minutes de jeu (0-1).

Dans les minutes qui suivent, les Fidjiens ont plusieurs occasions d’alourdir le score mais par chance, ces tentatives se soldent par des échecs. Grâce notamment à d’excellentes interventions du gardien tahitien Teava Teamotuaitau.

En fin de première période, Tahiti reprend du poil de la bête mais n’arrive pas à égaliser et les Toa Aito n’ont qu’un petit but de retard à la remise en jeu. Mais à la 65e minute, alors que leur portier s’interpose pour contrer l’avance vers sa cage de deux attaquants fidjiens, l’arbitre siffle et accorde un penalty à Fidji. Sanction prise contre celui qui n’avait pourtant fait que son travail, mais de façon un peu trop viril sans doute. Les Fidjiens en profitent eux pour aggraver la marque (0-2).

 

Premier but signé François Mu

 

Pas abattus pour autant, les hommes de Samuel Garcia repartent à la charge et, dix minutes avant la fin du temps réglementaire, réussissent enfin à ouvrir leur compteur et à faire renaître l’espoir sur une belle action collective dont François Mu est à la conclusion (1-2). Les Toa Aito vont alors jeter toutes leurs forces dans la bataille malgré la fatigue pour tenter d’égaliser.

En vain, score final 2-1 en faveur des Fidjiens, et une première défaite un peu amère pour les Tahitiens.

“Les jambes étaient un peu lourdes en première mi-temps, mais ce que l’on retiendra, c’est le bel esprit qui règne dans cette équipe avec beaucoup de discipline. On aurait eu dix minutes de plus, je pense qu’on égalisait, vu la deuxième mi-temps que l’on fait”, explique Samuel Garcia, coach de la sélection, après le coup de sifflet final. “Donc je félicite mon équipe, on était arrivé deux jours auparavant. La veille du match, on s’était couché à minuit après la superbe cérémonie d’ouverture. Donc dans ce premier match on a fait passer le voyage et la fatigue, et maintenant on va se concentrer sur Tuvalu et voir ce qu’il faut régler”.

Après Tuvalu mercredi, les Toa Aito affronteront les Salomon, la Nouvelle-Calédonie et les Samoa. Du pain sur la planche encore avant d’espérer pouvoir monter sur le podium.

 

Score vierge des Vahine Ura

 

Chez les filles, les Vahine Ura ont également encaissé deux buts, dont le premier aussi en première mi-temps, sur une erreur de la gardienne tahitienne. Celle-ci a en effet relâché le ballon après l’avoir pourtant arrêté, un mauvais contrôle dû, semble-t-il, à la pluie qui rendait la surface glissante. Hélas, contrairement aux garçons, elles n’ont pas été en mesure d’ouvrir leur compteur en seconde période lors de laquelle elles on encaissé un second but.

“C’est une déception puisqu’on avait bien travaillé et bien préparé ce match et on se fait avoir. Il pleut beaucoup donc le ballon glisse, la gardienne fait une faute de main et cela nous a un petit peu plombées”, commente pour sa part Stéphanie Spielmann, la coach de Vahine Ura. “On est tombé contre une équipe qui fait beaucoup de fautes, qui pousse beaucoup, et on sait que c’est un peu notre point faible, le physique, les duels et les contacts, donc on s’est vraiment fait bouger. Les premiers matches, c’est bien de les gagner pour bien démarrer, mais maintenant on se focalise sur le second match contre Salomon”, conclut l’entraîneuse des Tahitiennes.

Objectif final pour les deux sélections du fenua : terminer parmi les deux premiers de leur groupe, faute de quoi c’est l’élimination directe vu qu’il n’y aura pas de véritable phase finale dans ce tournoi.

Seulement des matches entre les deux premiers et les deux deuxièmes de chaque groupe pour l’attribution des six médailles en lice : trois pour les hommes et trois pour les femmes.

 

Jean-Marc Monnier

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete