Habillage fond de site

JO-2024 : Paris tient enfin “ses” Jeux

jeudi 14 septembre 2017

(©DR)

(©DR)

Après un siècle d’attente et de cuisants échecs, Paris triomphe enfin en décrochant officiellement l’organisation des Jeux olympiques 2024, hier, lors de la 131G session du CIO à Lima.

Dans le même temps, Los Angeles a hérité des JO d’été 2028, au terme d’un vote unanime à mains levées du CIO qui ne réservait plus de suspense depuis la validation en juillet du principe de cette attribution simultanée.

Paris, déjà ville hôte en 1900 et 1924, rejoint ainsi Londres dans le club fermé des villes ayant organisé trois fois les JO. Tout comme Los Angeles qui a déjà été le théâtre du plus grand rendez-vous sportif au monde en 1932 et 1984.

Après une ultime présentation des deux projets, les 84 membres votants se sont tous prononcés pour cette double attribution.

“C’est une victoire magique, unique”, a réagi Tony Estanguet, co-président du comité de candidature de Paris. “On a travaillé dur depuis trois ans, avec Anne Hidalgo et l’ensemble de cette famille Paris-2024. C’est un succès collectif”, a ajouté le triple champion olympique de canoë.

Pour Anne Hidalgo, maire de Paris, “c’est un bonheur immense. On est tous heureux, fiers (…). Ramener les Jeux à la maison après 100 ans, c’est un bonheur immense et surtout ça va faire du bien à notre pays, à Paris et à la Seine-Saint-Denis. C’est le début d’une nouvelle aventure extraordinaire”, a-t-elle ajouté.

“Cette victoire, c’est la France”, a immédiatement salué Emmanuel Macron, depuis l’aéroport de Pointe-à-Pitre à la fin d’une visite dans les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy ravagées par l’ouragan Irma. “C’est un engagement de tout un pays” au côté du CIO, avait-il déclaré un peu plus tôt dans un message vidéo adressé aux membres du CIO. “Défendre les valeurs de l’olympisme c’est aussi œuvrer pour plus d’équilibre, plus de multiculturalisme”.

Qualifiée “d’historique” par son président Thomas Bach, cette attribution simultanée qui rompt avec la tradition du CIO, l’est à plus d’un titre.

Pour Paris d’abord qui, après trois défaites douloureuses -dont la dernière en 2005 face à Londres-2012- a enfin décroché le Graal que représentent les JO du centenaire, grâce à un dossier calibré pour combler les attentes du CIO, mais aussi un timing et un enchaînement de circonstances hyper favorables.

La ville où le baron Pierre de Coubertin avait fondé le CIO et fait renaître les Jeux olympiques en 1894, renoue ainsi avec son histoire sportive.

 

La France “le mérite”

 

La décision prend une dimension tout aussi historique pour Los Angeles et surtout pour le CIO qui, secoué par des soupçons de corruption dans la désignation de Rio en 2009, rompt avec la tradition en attribuant deux éditions des JO lors d’une même session.

Alors que Hambourg, Rome et Budapest ont tour à tour renoncé, il ne restait plus que Paris et Los Angeles dans la course. Avant que le CIO n’évoque en décembre dernier la possibilité d’une double attribution de 2024 et 2028, sans campagne pour 2028. Encore fallait-il que l’un des deux concurrents accepte de repousser son projet de quatre ans. Ce que Los Angeles a fait en échange d’une rallonge de 100 millions de dollars (9,9 milliards de francs) dans la contribution garantie par le CIO. Au total, Los Angeles recevra 1,8 milliard de dollars (179 milliards de F) du CIO contre 1,7 milliards de dollars (169 milliards de F) pour Paris.

Après les dérives budgétaires de Sotchi et “les éléphants blancs” d’Athènes ou Rio, les budgets des deux projets sont plus modestes : 6,6 milliards d’euros (787 milliards de F) pour Paris et 4,5 milliards d’euros (536 milliards de F) pour Los Angeles.

De ses cuisantes défaites pour 1992, 2008 et surtout 2012 face à Londres, le mouvement sportif français a retenu la principale leçon : ce serait à lui, à l’avenir, de porter une éventuelle candidature et de convaincre les politiques d’abandonner le pilotage.

“C’est vraiment la situation gagnant-gagnant-gagnant que nous recherchions”, a résumé le président du CIO Thomas Bach après l’annonce officielle.

 

Place à la célébration

 

Après une campagne longtemps incertaine avant de perdre son suspense, place maintenant à la célébration qui a immédiatement débuté, malgré la pluie, au Trocadéro à Paris, où des anneaux olympiques géants ont été dévoilés.

Paris-2024 a tout prévu : le comité de candidature avait réservé le restaurant gastronomique Astrud et Gaston, l’une des meilleures adresses de Lima où officiera le chef français Alain Ducasse, pour savourer son succès. Avant une série de festivités à Paris dès aujourd’hui et une réception à l’Élysée demain.

Puis dès le 21 septembre, Emmanuel Macron et Anne Hidalgo accompagneront le président du CIO à Marseille qui accueillera en 2024 les épreuves de voile.

Avant cela, Thomas Bach se rendra dès dimanche à Los Angeles pour allumer la vasque olympique au Coliseum.

Pour 2024, la liste des engagés reste à construire mais Teddy Riner, double champion olympique et nonuple champion du monde de judo, a déclaré dès hier qu’il allait “tout faire” pour être de la fête.

 

AFP

5
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete