Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe

    jeudi 23 juin 2016

    Objectif de la manifestation: sensibiliser la population sur l'intérêt de faire connaître à ses proches sa position sur le don d'organes (Crédit Présidence)

    Objectif de la manifestation: sensibiliser la population sur l’intérêt de faire connaître à ses proches sa position sur le don d’organes (Crédit Présidence)

     

    À l’occasion de la Journée nationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe, des animations étaient organisées mercredi, place Vaiete, par l’association Un don de vie.

    Au programme, de la Zumba, des artistes chanteurs, des danses marquisiennes et des spectacles divers. Malgré la pluie, les associations présentes n’ont pas baissé les bras.

    Ce n’est pas la première fois que cette Journée nationale est célébrée au fenua, explique Pascale Testevuide, néphrologue à l’hôpital de Taoone. “Il y avait déjà eu une Journée nationale l’année dernière à l’hôpital de Taaone. Les âmes ouvrières, dont Carine Domelier, se démènent depuis quelques mois pour planifier cette journée. C’est à l’initiative uniquement de l’association que cette journée a pu voir le jour. Ce sont des bénévoles qui travaillent à côté, ils donnent énormément de leur personne.”

    Cette année, c’est au cœur de Papeete que se sont déroulées les animations liées à cette journée. “C’est pour informer les gens, pour qu’ils aient conscience que ça se fait ici, maintenant. À tout moment, on peut leur poser la question concernant un défunt de la famille, savoir s’il aurait été pour ou contre. C’est une réalité et c’est une question qui peut être posée à n’importe qui. On est tous des donneurs potentiels en Polynésie. Il faut vraiment que les gens soient au courant, qu’ils se positionnent et que le message
    face absolument son chemin”, précise la néphrologue adhérente de l’association Un don une vie.

    “Il faut se positionner”

    Sensibiliser et informer la population sont les mots d’ordre du jour. “C’est important pour nous d’organiser cette journée, pour faire passer le message. Notamment que le don d’organes existe, qu’il faut se positionner, avoir une réflexion dessus et surtout le dire à ses proches. Les gens n’en ont pas assez entendu parler. Ce genre de réflexion sur le don d’organes n’est pas encore entré dans les mentalités”, précise Carine Domelier, infirmière responsable de la coordination du prélèvement d’organes à l’hôpital de Taaone et membre de l’association Un don de vie.

    Le but de cette journée est de rassembler un maximum de personnes afin de diffuser l’information à la population quant à ce geste non négligeable qu’est le don d’organes. Le ministre de la Santé, Patrick Howell, a également insisté sur l’importance du sujet. “Les professionnels de santé sont tenus par la loi de s’assurer que la personne décédée n’est pas opposée au don. Maintenant, avec les nouveaux permis de conduire, il y a la possibilité de faire une déclaration qui va apparaître dessus, dans la mesure où, s’il y a un accident, vous déclarez que vous voulez faire don de vos organes ou pas. Il s’avère que j’ai déjà un permis comme celui-là donc, en ce qui me concerne, si jamais je passe de l’autre côté, il y a possibilité pour les professionnels de santé d’utiliser mes organes. Alors il y a ceux qui sont pour ou contre, mais c’est important que vous sachiez pour votre famille et que votre famille sache également pour vous.”  

    Ce genre de manifestation est donc primordial pour l’intérêt de tous. Les chiffres montrent tout l’intérêt de telles mobilisations. En 2015, une trentaine de greffes a été réalisée à partir de donneurs décédés, contre six en 2014. Au total, 48 greffes ont été réalisées grâce à  l’association Un don de vie, qui se démène sur le terrain. 

    Violette Jaillot

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete