Habillage fond de site

Des jours fériés qui font la joie des salariés, pas celle des patrons

lundi 7 mai 2018

1

Dans le secteur du commerce, le 8 mai n’est pas férié. Ce n’est pas dit que le centre ville de Papeete soit animé pour autant.

Joli mois de mai ! Pour les salariés, le mois de mai, donne le sourire en raison des nombreux jours fériés. À l’inverse, certains chefs d’entreprise s’arrachent les cheveux en prévision du chiffre d’affaire qui sera inéluctablement en baisse. Pour les patrons : “Chaque férié est une journée perdue. Elle est payée, mais elle n’est pas travaillée. On ne fait pas de chiffre.” Et c’est à tort que certains assurent encore que la Polynésie française est la championne du monde. Avec ses quatorze jours fériés, le fenua a effectivement trois jours fériés de plus que la métropole (11 jours) mais les Polynésiens sont largement battus par quelques pays d’Amérique du sud avec une vingtaine de jour fériés.

Reste que tous ces jours non travaillés coûtent de l’argent. Mais combien ? Si en métropole, les experts chiffrent l’impact économique négatif des jours fériés en milliards d’euros, en Polynésie française personne ne semble avoir les éléments pour analyser les conséquences. Les chiffres d’affaires ne s’affichent pas au regard de tous et encore moins les pertes. Aussi, entre la fête du Travail (mardi 1er mai), la fête de la Victoire (mardi 8), l’Ascension (jeudi 10) et le lundi de Pentecôte (le 21), le mois de mai ne sera pas bon pour tout le monde. Car la situation n’est pas identique selon les secteurs et selon les accords d’entreprise. Par exemple, dans le commerce, le 8 mai n’est pas un jour férié. Interrogé par téléphone, Gilles Yau précise effectivement qu’il s’agit d’un accord de branche signé de longue date : “Dans le code du travail, il n’y a qu’un jour férié légal, c’est le 1er mai. Il y a eu ensuite des accords de branche qui déterminent, selon les discussions entre partenaires sociaux, les autres jours fériés. Cela varie. Dans le secteur bancaire, historiquement, ils font le pont, c’est dans leur convention. Ce sera le cas le 9 mai.” Les jours fériés restants ne sont pas sans impact : “Le mois de mai reste un mois perturbé. Car dans le commerce, le jour où tu n’ouvres pas est un jour qui est perdu nécessairement. Si tous les commerces ferment, il peut y avoir un report, mais ce n’est pas le cas. Chacun fait ce qu’il veut. Pour le restaurant qui n’ouvre pas le 8 mai, c’est un manque à gagner.” Donc une grande partie des commerces sera ouverte ; les moyennes et grandes surfaces aussi. Mais il n’est pas certain que le centre ville de Papeete suive le mouvement. Les foires et autres salons auront peut-être du succès.

J.-L.M.

 

 

L’industrie s’organise

À la Charcuterie du Pacifique, la cuisson fonctionne les jours fériés. En Polynésie, malgré les jours fériés à répétition, il y a peu de secteurs qui ne puissent pas s’arrêter 24 heures. Il y a, bien entendu, des permanences dans la santé, dans nos centrales thermiques… Il n’y a pas de chaînes de production sensibles susceptibles d’être perturbées comme des fonderies ou des centrales nucléaires… Le fenua compte peu d’industries, mais on sait moins que certains tournent presque 24/24. C’est le cas de la Charcuterie du Pacifique. La demande est forte, aussi l’entreprise ne peut stopper sa production sous peine de provoquer des pénuries. À la direction de la Charcuterie, on nous assure que les salariés profitent de ces jours de repos, mais la production continue. Les aliments sont préparés par les équipes de la veille et la cuisson se déroule le jour férié. Le directeur de production assure seul la surveillance des opérations. Le travail est plus intense pour les équipes commerciales car les jours fériés sont synonymes de jours de fête et aussi de parties de barbecue. Le chiffre d’affaire ne souffre pas.

 

 

La brasserie stocke et anticipe les livraisons

Autre industrie de production, la Brasserie de Tahiti ne semble pas souffrir des jours fériés. Ils sont l’occasion de rassemblements familiaux et donc de fête. Les chaînes de production fonctionnent, si besoin, et selon des accords d’entreprise. Et si les salariés chôment ces jours fériés, c’est non sans avoir produit et stocké quelques réserves. La directrice des ressources humaines, Pascale Thiebaut, explique toutefois que la société doit davantage faire face à une suractivité de livraison, les jours précédents. Comme les points de vente ne sont parfois ouverts que le matin des jours fériés, il faut donc anticiper la commercialisation et l’approvisionnement. Il faut faire autant, voire plus pour répondre à la consommation de la clientèle, en moins de jours. La société est parfois obligée de faire appel à du personnel intérimaire pour assurer la couverture des livraisons et ne pas surcharger les équipes. Avec deux jours fériés cette semaine, il serait difficile de satisfaire tout le monde en moins de temps de travail. Les commandes sont alors plus importantes en prévision de la problématique du délai d’approvisionnement. Côté du chiffre d’affaire, la Brasserie de Tahiti n’enregistre pas de baisse à cause les jours fériés… Au contraire.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete