Habillage fond de site

Jugé pour vol, puis pour violences sur sa conjointe mineure

mardi 10 septembre 2019

À l’annonce du délibéré, la victime a fondu en larmes. Photo : Florent Collet

À l’annonce du délibéré, la victime a fondu en larmes. Photo : Florent Collet

La semaine dernière, Vaihaunui M. avait échappé à la prison ferme et au mandat de dépôt pour vol lors d’un jugement en comparution immédiate. Cette fois, il a pris la direction de Nuutania pour des violences sur sa conjointe âgée de 14 ans alors qu’il en a 33.

Le couple s’est connu dans un bar de la ville il y a cinq mois. Sans domicile fixe, l’homme a accueilli la jeune fille sur son carton dans une rue de la capitale pour leur première nuit ensemble.

Présents à l’audience, ses parents sont assis au fond de la salle. Lorsque le juge demande à la victime si elle est venue accompagnée de son père et de sa mère, elle pointe un doigt vers l’arrière sans même se retourner.

Interrogé pour les violences subies par sa fille et le fait qu’elle soit avec un homme bien plus âgé, le père de famille ouvre les bras, l’air désemparé : “Ils sont en couple, je n’y peux rien”.

La jeune fille, suivie par les services sociaux jusqu’en juin depuis la condamnation de son père à 15 ans de réclusion pour viol, héberge donc Vaihaunui M. dans une maison laissée par la famille.

Le jour du procès la semaine dernière, sa copine est venue accompagnée de sa cousine mais le prévenu n’apprécie pas que les vols commis puissent être connus de la famille. De retour à la maison, il ingurgite une bouteille de vodka. Ensuite deux versions divergent. Elle explique qu’elle lui a demandé d’aller lui acheter des bières au magasin.

Pour lui et la cousine témoin, elle voulait aller chercher elle-même des bières au magasin. “Il ne voulait pas parce qu’elle n’avait pas le droit d’aller en acheter.” La jeune fille décidera finalement de tenter d’y aller jusqu’à ce que Vaihaunui M. la rattrape et la ramène à la maison.

La tension monte alors. “Son cinéma a duré jusqu’à minuit” a expliqué le prévenu aux gendarmes, rappelant notamment le moment où la victime s’était emparée d’un couteau.

Un coup part. Vaihaunui M. lui ne parle que d’une “giflette”.

Hier la jeune fille tentait de cacher un oeil au beurre noir sous une grande fleur. D’après elle, il ne s’agissait pas du premier épisode violent et pourtant elle avoue : “Je l’aime, mais ce soir-là, j’ai eu peur que mon papa nous voit et porte plainte contre nous”.

Le président du tribunal note l’attitude paradoxale du prévenu à la fois père qui ne veut pas que sa compagne boive et à la fois amant jaloux et violent. Pour la procureure il s’agit non “pas du papa, mais du mâle de la maison qui interdit de sortir, d’aller jouer au volley ou de discuter avec des garçons”.
L’ homme a déjà été condamné à 16 reprises essentiellement pour vols et violences. La 17e l’envoie à Nuutania pour deux ans de prison et l’interdiction de communiquer avec la victime.

Cette dernière a fondu en larmes à l’annonce du délibéré et du départ du prévenu en détention.

 

Compte rendu d’audience F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete