Habillage fond de site

Julian Assange arrêté à Londres

vendredi 12 avril 2019

Julian Assange, fondateur du site WikiLeaks, a été arrêté jeudi par la police britannique à l'ambassade d'Equateur à Londres où il s'était réfugié il y a près de sept ans. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

Julian Assange, fondateur du site WikiLeaks, a été arrêté jeudi par la police britannique à l’ambassade d’Equateur à Londres où il s’était réfugié il y a près de sept ans. /Photo d’archives/REUTERS/Peter Nicholls

Julian Assange, fondateur du site WikiLeaks, a été arrêté hier par la police britannique à l’ambassade d’Equateur à Londres où il s’était réfugié il y a près de sept ans. Les États-Unis, qui l’accusent d’avoir cherché à pirater un ordinateur du gouvernement américain, ont demandé son extradition. La police britannique, qui est intervenue dans la matinée, a précisé avoir été invitée par l’ambassadeur d’Équateur à pénétrer dans l’ambassade, Quito ayant mis fin à l’asile diplomatique dont bénéficiait le lanceur d’alertes australien.

Le président équatorien Lenin Moreno a souligné que cette protection lui avait été retirée en raison, a-t-il dit, de violations répétées des conventions internationales. Âgé de 47 ans, Julian Assange s’était réfugié à l’ambassade d’Équateur à Londres en juin 2012 pour ne pas risquer d’être envoyé en Suède, où il était accusé de viol, et de crainte aussi que les autorités britanniques décident son extradition vers les États-Unis après la publication sur WikiLeaks de documents confidentiels de l’administration américaine.

Conduit dans un commissariat du centre de Londres, Julian Assange a été présenté jeudi après-midi à un juge de la Westminster Magistrates Court qui l’a reconnu coupable d’avoir enfreint les règles de sa liberté conditionnelle il y a sept ans, alors que Stockholm le réclamait dans cette affaire de viol présumé qui a finalement été close en 2017.

Assange, qui a plaidé non coupable, connaîtra ultérieurement sa condamnation. Il est passible de douze mois de prison.

Concernant la demande d’extradition américaine, le juge britannique a déclaré qu’il attendait d’ici le 12 juin le dossier que lui remettra la justice américaine. Le département de la Justice a annoncé jeudi qu’Assange était inculpé de complot en vue de pirater en 2010 un ordinateur du gouvernement américain avec Chelsea Manning, ancienne analyste de l’US Army.

Dans cette affaire, Julian Assange est passible de cinq ans de prison, a précisé le ministère américain de la Justice. L’inculpation a été enregistrée en mars 2018 sous le sceau de la confidentialité et n’a été dévoilée qu’après son arrestation à Londres.

Selon Washington, Assange a cherché en mars 2010 à aider Chelsea Manning à déchiffrer un mot de passe stocké sur des ordinateurs du département de la Défense connectés au réseau SIPRNet (Secret Internet Protocol Network), utilisé par le gouvernement pour les communications et les documents confidentiels. Des centaines de milliers de rapports militaires sur les guerres en Afghanistan et en Irak et de câbles diplomatiques ont été publiés sur WikiLeaks.

Le président américain Donald Trump a déclaré pour sa part n’avoir aucune opinion sur les charges retenues contre Assange. “Je ne sais rien de WikiLeaks. Ce n’est pas mon affaire”, a-t-il dit. En 2016, il avait confessé “J’aime WikiLeaks” après la publication de courriels récupérés, selon les autorités américaines, par des cyberpirates russes dans le but de nuire à Hillary Clinton, son adversaire démocrate.

 

Reuters

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete