Julien Itae-tetaa partage sa passion avec les jeunes de Mama’o

    mercredi 7 septembre 2016

    boxe

    Aujourd’hui âgé de 50 ans et pesant plus de 100 kg, Julien Itae-tetaa a toujours la forme. (Photo : Charles Taataroa)


    Il a ouvert un club de boxe anglaise dans son quartier en 2010

     

    Après avoir réalisé un reportage sur les conditions de vie difficiles au sein des quartiers Mama’o Aivi et Mama’o Vallon, La Dépêche de Tahiti poursuit sa série consacrée à la jeunesse de Mama’o. Il y a deux semaines, nous vous avons proposé le portrait du tatoueur Patu Mamatui.

    Voici aujourd’hui celui de Julien Itae-tetaa. Âgé de 50 ans, cet homme n’est pas très grand, mais il a aujourd’hui un gabarit de bodybuilder pour avoir pratiqué cette discipline avec assiduité.

    Résident du quartier Mama’o Vallon, il y a passé toute son enfance, après que ses parents aient décidé de quitter Huahine pour venir vivre à Tahiti pour travailler et surtout subvenir aux besoins de la famille d’une fratrie de quatre enfants.

    Julien, l’aîné, grandit à Mama’o et voue une grande passion pour la boxe. Il y prend goût en enfilant régulièrement les gants avec les amis de son quartier, sans apprendre au préalable les bases de la discipline.

    C’est la force qui prédominait dans ce cas de figure au détriment de la technique, mais à mesure que les entraînements se poursuivent, Julien décide de rejoindre une vraie salle de boxe pour apprendre la discipline dans les règles de l’art.

    Il se rapproche d’un ancien boxeur de son quartier, Tatou Darrouzes, sociétaire du club JT (Jeunes Tahitiens) de Pirae.

    Il abandonne ensuite pour diverses raisons et commence à s’intéresser à l’alcool, alors qu’il est encore mineur et va toujours à l’école.

     

    Passionné de wheeling

     

    En dehors du sport, Julien aime beaucoup faire du wheeling (discipline qui consiste à rouler sur la roue arrière d’un deux-roues).

    À 15 ans, il possède un Sia (deux-roues motorisé). Il fait également un peu de motocross, une activité qu’il apprécie tout autant. Mais tous les week-ends, il prend plaisir à rejoindre les groupes de son quartier pour s’adonner à la bière.

    Des attroupements qui se terminent souvent par des prises de tête entre copains pour diverses raisons, parfois même les plus futiles. Julien Itae-tetaa se confronte à des personnes plus âgées que lui et n’a pas l’habitude de reculer.

    Au contraire. Il n’a peur de personne, même si son niveau de boxe est très bas. Il perd connaissance par KO plusieurs fois, mais n’abandonne jamais.

    Après JT, il s’entraîne au club Excelsior de La Mission. C’est là qu’il approfondit progressivement sa connaissance de la boxe anglaise.

    À plus de 100 kg au début, il sèche pour descendre à 73 kg, puis monte sur le ring pour des combats amateurs. Mais il comprend très rapidement qu’il n’est pas fait pour ça.

    Il poursuit ses entraînements et fait la connaissance d’un autre entraîneur, Tehaona Tahiata, avec qui il perfectionnera sa pratique du noble art. Il se lance ensuite dans la musculation et y prend goût.

     

    Mama’o Boxing Club

     

    En 2010, Julien Itae-tetaa ouvre dans son quartier son club de boxe anglaise, qu’il baptisera Mama’o Boxing Club. Il s’agit d’une salle avec une partie à ciel ouvert, construite avec ses propres moyens, sans aide. “Quand on aime, on ne compte pas.

    L’homme adhère complètement à cette expression et fait tout pour partager sa passion de la boxe avec les jeunes de son quartier. Il est détenteur du prévôt fédéral lui permettant de préparer et d’inscrire ses élèves aux compétitions locales et même nationales.

    Plusieurs d’entre eux ont été champions de Polynésie de boxe anglaise et le considèrent comme leur père, leur confident.

    Car en dehors des entraînements, Julien Itae-tetaa apporte beaucoup de soutien et donne des conseils à ses “petits”, si bien que tout le monde le respecte. Dès qu’il y a une bagarre, sa présence suffit pour calmer les tensions, même les plus virulentes.

    À 50 ans aujourd’hui, Julien Itae-tetaa continue à partager sa passion pour la boxe avec les jeunes de son quartier et il ne veut en aucun s’arrêter. Il adore ce qu’il fait et considère que la boxe forge un homme.

     

    C.T.

     

        Retrouvez dans notre édition du jour :       

    • Plus de photos
    • Encadré : Il l’a fait
    • Réactions : Julien Itae-tetaa, Entraîneur de boxe et fondateur du Mama’o Boxing Club  

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete