Justice – Déménagement surfacturé : un ex-militaire charge les transitaires

    samedi 15 octobre 2016

    Mardi, les avocats des sociétés de déménagement ont demandé au tribunal correctionnel de Papeete de renvoyer l’affaire au tribunal de grande instance de Paris. La décision sera rendue le 6 décembre prochain. (© archives LDT)

    Mardi, les avocats des sociétés de déménagement ont demandé au tribunal correctionnel de Papeete de renvoyer l’affaire au tribunal de grande instance de Paris. La décision sera rendue le 6 décembre prochain. (© archives LDT)

     

    Suite à la publication d’un article le 11 octobre sur le supposé trafic des déménagements des militaires outremer, l’un d’entre eux, concerné par la procédure, a décidé de donner sa version des faits.

    « La fameuse magouille des déménagements serait à l’initiative du militaire qui déménage… affligeant ! », écrit cet ancien sous-officier de la marine nationale. « Cher journaliste, le système est bien plus pourri que vous le pensez ! », poursuit-il. « Les militaires et leur famille déménageant ne sont que l’ultime maillon d’un système d’entente avec une influence bien plus en amont. Les recrutements des commerciaux de ces sociétés se font auprès des responsables militaires RH en fin de carrière. Ceux-ci gardent de manière pertinente leur réseau et entrées auprès des bureaux de l’administration et de leurs ex-collègues », écrit-il.

    « Ces commerciaux ex-militaires œuvrant pour le compte de la société de déménagement, se procurent donc les ordres de mutations des familles, avant les familles elles-mêmes. Le marché est ensuite divisé géographiquement entre les différentes sociétés, avec des devis entendus entre ceux-ci. C est ce qui s’appelle un cartel. Votre approche ne reflète en aucun cas la réalité », poursuit l’ancien militaire qui a peu apprécié notre article et dénonce une escroquerie finalement dictée non par les militaires eux-mêmes, mais par les sociétés de transport.

    « Je suis moi-même concerné, cinq ans après avoir déménagé. J’ai rembourse mon du a l’administration pour un déménagement. » Nous ne publierons pas là les chiffres communiqués par cet ancien militaire pour éviter que ce dernier puisse être reconnu. « Je ne me suis pas enrichi comme on pourrait le penser avec cette somme, j’ai simplement cru naïvement un commercial et une société qui s était entendu avec tous ses concurrents sur un marché juteux et faillible. »

    Mardi, les avocats des sociétés de déménagement ont demandé au tribunal correctionnel de Papeete de renvoyer l’affaire au tribunal de grande instance de Paris. La décision sera rendue le 6 décembre prochain. Une façon d’éloigner aussi les débats, et peut-être aussi les sanctions pénales.

     

    Bertrand Prévost

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete