Habillage fond de site

Justice. Pouvana’a Oopa innocenté

mercredi 24 octobre 2018

3-dg-Pouvanaa-mémoire 
La Chambre criminelle de la Cour de cassation vient de rendre sa décision dans le dossier de la révision du procès de Pouvana’a a Oopa. La décision de justice de 1959 est cassée. L’avocate générale avait début juillet reconnu les faits nouveaux et demandé l’annulation de la condamnation. Pouvana’a a Oopa est donc innocenté dans ce dossier vieux de 59 ans. La mémoire de Pouvana’a a Oopa est donc réhabilitée au niveau judiciaire, après l’avoir déjà̀ été́ aux niveaux historique et politique.
Justice est donc enfin rendue au Metua. Cette nuit à Paris, la Chambre criminelle de la Cour de cassation a donné son jugement sur la demande de révision du procès de Pouvana’a a Oopa. Le leader du Rassemblement des populations tahitiennes (RDPT) avait été́ condamné, en 1959, à huit ans de prison et quinze ans d’exil en métropole pour une prétendue tentative d’incendie de la ville de Papeete. L’avocate générale avait reconnu les faits nouveaux apportes dans le dossier et demandé l’annulation de la condamnation de Pouvana’a.
L’avocat de la défense, maitre Emmanuel Piwnica avait expliqué en juillet dernier qu’il était “rare de trouver autant d’éléments nouveaux dans un procès en révision”.
Dans son plaidoyer, il avait qualifié le procès de Pouvana’a a Oopa de “parodie de justice, une caricature de procès détestable, honteuse pour la justice, en un mot indigne. (…) Pouvana’a a Oopa (…) réclamait une autonomie, une autonomie légitime et il le faisait selon les voies légales des institutions républicaines. (…) On a profité de troubles pour le mettre à l’écart.”
 
La famille était confiante
 
“Ça a été́ l’objectif de toute une vie”,  soulignait Sandro Stephenson, arrière-petit-fils de Pouvana’a a Oopa en juillet. “Grand-père était un homme de foi, qui avait un grand respect pour la justice, qui s’est toujours battu pour la justice. Grand-père a toujours dit : je n’ai ni haine, ni rancune. La France est une grande nation, et c’est pour cela qu’elle me rendra justice.”
Après des refus des précédents ministres de la Justice, les présidents Sarkozy puis Hollande avaient considéré l’existence des faits nouveaux et accepté d’ouvrir les archives du fonds Foccart, des Affaires étrangères, des conseils des ministres et, partiellement, du Conseil de défense, les plus secrètes.
 
Bertrand Prévost
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete