Karine Shan, écrivaine polynésienne résidant en Nouvelle-Calédonie

    mercredi 11 janvier 2017

    litterature-Karine-shan

    Karine Shan a sorti son recueil, Mémoires du cœur,
    en décembre dernier.
    (© DR)


    Karine Shan, écrivaine polynésienne  et auteure de Mémoires du cœur, sorti en décembre dernier,  rit comme certains auteurs passent à la ligne : pour alléger son propos et passer à autre chose. “Je ris beaucoup, convient-elle de bon cœur. J’ai été sauvée aussi par cette capacité à rire. L’humour, ça ramène à l’enfance, à la simplicité de la vie.”
    Car il y a deux ans, en effet, Karine perdait son époux et le père de ses trois enfants, Christopher Paiman, âgé de 40 ans. “Quand on se retrouve seul face à soi-même et à ses enfants, à la douleur de ses enfants, c’est un tsunami d’émotions”, résume-t-elle.

    Les mots face à l’épreuve

    Rapidement, face à la douleur, Karine prend une décision : celle d’être heureuse, malgré tout. Un bonheur qui passe par une foule de choses, mais où la création artistique occupe une place “énorme”. “Face à l’épreuve, c’est comme si mes racines s’étaient rappelées à moi.”
    Ses racines, c’est la communauté chinoise de Polynésie française. Son père, René Shan, est passé par bien des métiers, mais c’était aussi “quelqu’un de hors-norme, un artiste”.
    “Quand j’étais petite, j’écrivais beaucoup avec mon père. Il avait une imprimerie à Tahiti : à une époque, il m’avait fait un petit recueil que je devais remplir. J’ai baigné dans cette ambiance, mon père aimait beaucoup lire et beaucoup écrire, il a écrit un recueil de poésie, il peignait également.”

    Depuis son enfance, Karine a certes beaucoup écrit dans ses divers postes à responsabilité, mais point de poésie.
    Là, “c’est comme si mon père, d’où il est, m’avait lancé une perche, me disant “prends ta plume et ton pinceau et lance-toi ?”.
    Karine écrit, donc, des textes imagés où les symboles asiatiques côtoient les fonds marins, les arbres, les fleurs, les ambiances du Pacifique, que ce soit de Tahiti ou du Caillou.
    Elle ne tarde pas à en publier sur Facebook, où elle est surprise et touchée par les retours.

    Ses premiers textes sont très sombres. “C’est la traversée des profondeurs”, résume Karine, encore un peu étonnée de s’en être extraite.
    Le collectif tahitien “Des plumes et des îles” lui propose de faire paraître un recueil de ses écrits. Elle organise ses textes, les retravaille un peu et baptise le tout Mémoires du cœur.
    En trois chapitres, on suit “le cheminement du deuil”, du “Bleu noir”, le premier chapitre, au “Rouge et or” et enfin “Jaune orange”.

    Chant de l’âme

     

    L’amour perdu, la douleur, l’amitié, le soutien de la croyance en Dieu, le bonheur retrouvé, les joies simples offertes par la nature… Dans ses textes qui ne recherchent ni la rime, ni les formes préétablies, Karine parle de toute sa vie.
    Y figurent aussi, en illustrations, des peintures de sa main. Il y a quelques mois, elle s’est fait plaisir avec un voyage au Japon, et a effectué un stage auprès d’un maître de peinture.
    “Il ne m’a appris aucune technique, mais qu’il n’y a pas d’erreur dans l’encre de Chine, qu’il fallait s’extraire de la notion de ce qui doit se faire ou pas, et se lancer”, raconte Karine, des étoiles dans les yeux, comme une petite fille.
    Cette philosophie, elle l’applique en écriture aussi : “Que ce soit la peinture ou la poésie, c’est le chant de l’âme”.

    Karine continue donc à écrire, quand elle n’est pas occupée par son travail, ses enfants, ses activités associatives…
    En ce moment, elle s’inspire de son enfance, de la communauté chinoise de Polynésie. Elle espère en tirer un deuxième ouvrage.
    “La poésie, comme tous les arts, donne vraiment du relief à la vie. C’est juste beau. C’est quelque chose qui ne rapporte rien, mais qui est bon.”

    Les Nouvelles calédoniennes

        Edition abonnés
        Le vote

        Mister Tahiti 2017 : Votez pour votre candidat préféré

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete