Habillage fond de site

Kirikou sur les planches du grand théâtre vendredi et samedi

mercredi 2 mai 2018

Kirikou captureKirikou n’est pas grand, mais il est vaillant. Kirikou est petit mais c’est notre ami.”

Sorti au cinéma en 1998, le film d’animation Kirikou et la sorcière reste un incontournable du genre. Tous les enfants, et les plus grands aussi d’ailleurs, connaissent l’épopée de ce petit bonhomme africain qui, grâce à son intelligence et à sa bonté, va apporter toutes sortes de bienfaits aux habitants de son village. C’est cette histoire qu’a choisi d’adapter le centre de danse Tamanu et sa directrice, Solène Le Houëdec.

Vendredi et samedi, au grand théâtre de la Maison de la culture, le petit Kirikou, son village imaginaire d’Afrique et la sorcière Karaba prendront vie sous les yeux du public polynésienOn a fait venir des tutus traditionnels africains pour pouvoir fabriquer nos costumes. Aussi, au niveau des décors, il y aura des projections, mais aussi des toiles qui sont peintes. Le public sera vraiment transporté en Afrique, assure Solène Le Houëdec.

Le tout sera accompagné, à certains moments du spectacle, par de la musique traditionnelle africaine jouée en live par l’association Pepe, qui promeut et diffuse la culture africaine.

 

Du hip-hop, du classique et une conteuse

 

Le spectacle durera entre 1 h 40 mn et 2 heures. En tout près d’une centaine d’élèves, allant du petit garçon de 3 ans au quadragénaire, se succèderont sur la scène du grand théâtre de la Maison de la culture.

Le spectacle sera rythmé par des tableaux présentant différentes disciplines. Il y aura du hip-hop, du classique et du modern’jazz, mais sans mélange des genres. Aussi, les professeurs ont fait des choix musicaux avec la présence de sonorités africaines”, précise Solène Le Houëdec.

En plus des danses et de la musique qui racontent déjà pas de mal de choses”, confie la directrice, les artistes seront accompagnés, tout au long du spectacle, par la conteuse Nathanza. En Afrique, il y a, dans toutes les tribus, quelqu’un que l’on appelle le griot. Il est chargé de raconter les histoires aux plus jeunes. Il est aussi détenteur du savoir”, explique Solène Le Houëdec.

Et d’ajouter : Quand on plonge dans la culture africaine, le griot occupe une place importante. Et la présence d’une personne qui aurait ce rôle dans notre spectacle nous est apparue comme une évidence. Le but aussi, par l’intermédiaire de ce spectacle, est de faire découvrir au public, une nouvelle culture.”

 

D. T.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete