Habillage fond de site

Le Kura ora II reposera bientôt au fond de l’océan

vendredi 24 août 2018

Le Kura ora II, cordon ombilical pour les populations comme toutes les goélettes, appartient déjà au passé de la desserte des Tuamotu depuis deux ans. (© archives LDT)

Le Kura ora II, cordon ombilical pour les populations comme toutes les goélettes, appartient déjà au passé de la desserte des Tuamotu depuis deux ans. (© archives LDT)


Le Kura ora II sera bientôt dynamité et envoyé par le fond au sud de Moorea. La compagnie maritime des Tuamotu qui gérait le cargo a été liquidée en mai 2016. La goélette a longtemps desservi des atolls des Tuamotu- centre, est et nord-est.

C’est le triste sort qui attend la plupart des navires en fin de vie : le Pacifique pour linceul après plus de trois décennies de bons et loyaux services en mer… Le Kura ora II, actuellement accosté en zone sous douane à Motu Uta, sera prochainement envoyé par le fond, probablement d’ici un mois selon le Port de Papeete.

Il reposera, non loin d’autres épaves, dans un cimetière marin situé à environ quinze nautiques au sud de Moorea. Ce point d’immersion a été décidé par la direction de l’environnement (Diren).

Le caboteur avait été déplacé le 26 février vers le terminal de pêche pour y être dépollué avant son immersion programmée. Le cargo est jugé dangereux par les autorités portuaires au vu de son état de dégradation.

Avant de naviguer dans les eaux polynésiennes, le navire construit au Danemark en 1979 s’est d’abord appelé Western Trader puis Karin Cat. Durant de longues années, il a desservi l’archipel des Tuamotu où il apportait les produits et denrées essentiels à la vie des populations locales.

En mai 2016, le tribunal du commerce a prononcé la liquidation judiciaire de la société du Kura ora II. Les pertes annuelles de la SARL Compagnie de transport maritime des îles Tuamotu (CTMIT), alors évaluées à 40 millions de francs, et le passif ont en effet coulé la goélette, privant ainsi 38 atolls des Tuamotu de leur desserte.

 

Trop de pertes financières

 

Le bateau n’a jamais repris la mer. Il était, depuis plus de deux ans, à quai à Papeete dans l’attente de connaître son sort définitif. L’armateur Patrice Colombani avait racheté en 2014 la société Transport maritime insulaire (TMI) de Johnny Paquier alors placée en redressement judiciaire. Mais la situation ne s’est pas améliorée. “Le prochain départ, annoncé et retardé à plusieurs reprises par l’armement, a soulevé l’inquiétude légitime des populations des îles desservies par le navire avec aujourd’hui la pénurie de produits alimentaires et de première nécessité”, écrivait en mai 2014 le ministère de l’Équipement.

La Compagnie de transport maritime des îles Tuamotu avait placé ses espoirs dans un redressement judiciaire jusqu’au dernier moment, même si sa direction admettait en 2016 que les perspectives financières n’étaient pas bonnes. Les pertes et le passif ont définitivement coulé la société, le dépôt de bilan était devenu inévitable.

Le groupe Martin, qui avait racheté le Hawaiki et le Nuku Hau (ex-STIM de Roland Paquier, le frère de Johnny), avait fait une offre pour racheter le Kura ora II en 2014, mais s’était finalement désisté au second tour. Le navire était déjà fatigué, et bien vite il ne répondait plus aux critères de conformité. Sa remise en état supposait d’injecter 200 millions de francs, selon le commandant du port.

Le Kura ora II, cordon ombilical pour les populations des Tuamotu comme toutes les goélettes qui transportent du fret entre les archipels polynésiens, appartient déjà au passé de la desserte depuis deux ans. Le navire, lorsqu’il reposera au fond de l’océan, sera définitivement le souvenir d’une époque pour les habitants de près de 40 atolls, parmi lesquels Fakarava, Anaa, Faaite, Hao, Hikueru, Makemo, Raroia, Takume, Nukutavake, Reao, Tatakoto, Fangatau ou encore Napuka, sans oublier le très isolé atoll de Puka Puka…

 

Damien Grivois

 

Cliquez sur la vignette pour l'agrandir.

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete