La chasse aux dauphins se poursuit aux îles Salomon

    jeudi 7 mai 2015

    Chaque année, des centaines de dauphins sont chassés dans la province de Malaita, aux îles Salomon. En 2013, par exemple, 1 600 de ces cétacés ont été tués.
    C’est ce que rapportent des chercheurs dans une étude publiée par la Royal Society Open Science. Selon eux, cette pratique est particulièrement courante dans le village de Fanalei, dans le sud de la province.
     
    Pour Scott Baker, l’un de ces chercheurs, qui dépend de l’université d’État de l’Oregon, les espèces de dauphins ne sont pas menacées dans le Pacifique, mais ce sont des animaux qui vivent en communauté et le risque est donc d’éliminer des groupes de dauphins locaux. La question de la préservation de l’espèce intéresse aussi les habitants de Malaita, explique Scott Baker :
     « De ce que nous savons, la chasse aux dauphins est une tradition qui remonte au XIXe siècle, et peut-être même à un peu avant. Il y a donc un impératif culturel ici, et il est difficile de faire en sorte que ça change. Mais on en a discuté avec des villageois et la question de la ressource les préoccupe aussi, car ils aimeraient maintenir leurs traditions, et ce ne sera pas possible s’il y a surexploitation. »

     
    Dans la province de Malaita, les dauphins sont une source de nourriture, mais leurs dents sont aussi utilisées par les hommes comme une monnaie coutumière pour payer la dot. Selon les auteurs de l’étude, le prix d’une dent est passé de 0,18$ en 2004 à 0,88$ en 2013. Cette augmentation motive les habitants à pêcher encore davantage de dauphins ; il est donc urgent de surveiller la chasse et d’évaluer précisément la ressource, estiment les chercheurs.
     
    En 2010, une organisation écologiste, Earth Island, avait tenté de mettre fin à cette pratique. L’institut américain avait promis de donner 250 000 dollars aux communautés locales de Fanalei et Walande pour qu’elles renoncent à leurs pratiques traditionnelles. L’argent devait les aider à mettre en place des projets de développement pour remplacer la vente de chair et de dents de dauphins.
    Mais cet argent s’est perdu en route, et a engendré des tensions au sein des villages. Mark Berman, directeur délégué chez Earth Institute, explique que de l’argent a bien été versé à des membres de ces communautés vivant dans la capitale, Honiara, et que ce sont eux qui n’ont pas redistribué les sommes aux villageois :

    « La corruption des gens basés à Honiara a empêché les vrais bénéficiaires de l’accord, les villageois, de toucher quoi que ce soit. La plupart des sommes versées ont tout simplement disparu. On est passé pour les méchants, mais c’est complètement faux et injuste de dire cela, ce sont eux qui sont responsables de cette situation. »

     
    En février 2013, les villageois de Fanalei ont tué au moins 1 000 dauphins pour protester contre ce qu’ils estimaient être une promesse non tenue. Malgré tout, l’organisation écologiste Earth Island estime encore aujourd’hui qu’il fallait tenter le coup.
     
    Radio Australia

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete