La commission médicale du CHPF défend Henri-Pierre Mallet

    jeudi 26 mai 2016

    “Sa production de travail n’était pas satisfaisante.” Interrogé il y a deux semaines par La Dépêche de Tahiti (édition du 14 mai), François Laudon, le directeur de la Santé par intérim, n’avait pas été tendre au sujet de Henri-Pierre Mallet, futur ex-responsable du Bureau de veille sanitaire.

    “Je peux dire qu’à chaque fois qu’Henri-Pierre venait me voir, je lui tirais les oreilles car, hélas pour lui, le métier, je le connais”, soufflait l’épidémiologiste de formation, qui avait démissionné de la direction de la santé en octobre dernier pour des raisons de santé, avant d’y être rappelé par intérim. “Si, à cela, vous ajoutez les problèmes qu’il a rencontrés avec beaucoup de monde…, ajoutait-il. Eh bien, le ministre a tranché et a décidé de ne pas le renouveler.”

    Aujourd’hui toutefois, la commission médicale du Centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF), qui rassemble les chefs de service et des représentants du personnel de Taaone, contredit totalement ce terrible portrait. “Ces huit dernières années, le docteur Mallet a redynamisé le Bureau de veille sanitaire en incluant l’ensemble des professionnels de santé du réseau sentinelle et permettant la diffusion hebdomadaire du bulletin de veille sanitaire”, écrit-elle dans un communiqué, tout en soulignant “l’excellente collaboration” entretenue avec ce médecin, présenté comme disponible et compétent.

    Un départ “regretté”

    “Henri-Pierre Mallet a toujours répondu favorablement à nos sollicitations, en particulier lors des récentes épidémies successives auxquelles le pays a été confronté (grippe H1N1, zika, chikungunya) : il a participé de manière assidue à l’ensemble des réunions des diverses cellules de crise lors de ces épidémies, il a également été force de propositions concernant les mesures à prendre à l’échelle du pays, et sa collaboration a permis de rendre accessible à la communauté scientifique internationale les données de Polynésie française à l’issue de ces crises”, signe le docteur Damien Bierlaire, vice-président de la commission médicale d’établissement, en concluant : “Nous ne pouvons que regretter le départ de cet excellent professionnel.”

    Alors, de quoi s’agit-il vraiment ? Une personnalité à la parole trop libre qui embarrasse le ministère ? Une guerre de clochers avec François Laudon, qui ne cache pas son ambition d’assurer lui-même l’intérim du Bureau de veille sanitaire ? Ou un simple renouvellement de cette instance pour la faire “évoluer”, comme l’affirmait récemment le ministre de la Santé Patrick Howell, face aux élus de l’assemblée ?
    “En déplacement à l’extérieur”, ce dernier ne sera pas en mesure de revenir sur les motivations de cette non-reconduction avant la semaine prochaine, selon la présidence.
    “Je ne vous répondrai pas”, a, quant à elle, décrété sa directrice de cabinet.

    M.G.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete