La dame de fer de la Sat Nui

    samedi 19 mars 2016

    Elle est grande, costaude et en mate plus d’un. Non, cette dame de fer n’est pas l’ancienne Premier ministre anglaise, mais la toute nouvelle grue du Port autonome de Papeete, acquise par la société Sat Nui, acteur de référence du quai au long cours, qui a été officiellement inaugurée hier, en début d’après-midi, en présence notamment d’Édouard Fritch et de Lionel Beffre, les premiers représentants du Pays et de l’État.
    “Cette nouvelle grue va dans le sens d’opérations plus sécurisées grâce à sa technologie”, précise Jérôme Mangard, P-DG de Sat Nui.
    En effet, la grue est directement reliée 24h/24 au siège européen (situé en Allemagne) du constructeur afin de détecter toute panne en temps réel.
    Mais surtout, cette nouvelle unité permet d’augmenter les cadences opérationnelles, tout en réduisant les temps d’escale des navires.
    Cette grue opère sur l’ensemble des lignes maritimes touchant le Port autonome de Papeete.
    Accompagnée des autres grues de Sat Nui, elle opère tout le long du quai au long cours.
    Rappelons que le port est soumis aux contraintes aériennes, puisque ce dernier est situé dans l’axe de la piste d’atterrissage de l’aéroport de Tahiti-Faa’a.
    Tous les mouvements de grues sont effectués dans le respect des procédures en place, à savoir le feu vert du port, précédé du feu vert de l’aviation civile.

    Respectueuse de l’environnement

    De conception récente, cette grue est respectueuse de l’environnement et ne consomme que 50 litres de gasoil par heure. Le moteur diesel principal alimente différents moteurs électriques, chargés notamment du levage.
    On pourrait même la qualifier de grue hybride, selon Jérôme Mangard, qui a détaillé les caractéristiques de la “bête” au haut-commissaire Lionel Beffre et au président du Pays, Édouard Fritch, accompagné du ministre de l’Équipement, Albert Solia.
    Cette grue peut même se piloter du sol via une télécommande, une caractéristique utile mais peu utilisée, selon Sat Nui.
    La grue peut se saisir de deux containers à la fois et peut lever une charge maximale de 120 tonnes à 21 mètres. La cadence moyenne est 27 containers déchargés/chargés par heure.
    “Nous sommes dans les meilleures performances du Pacifique selon le retour des armateurs”, précise le P-DG de Sat Nui. Accompagnée des deux autres grues, la capacité de traitement est de 700 à 800 containers traités dans la journée, entre 7 et 22 heures.
    Le navire, qui était présent hier, a une capacité maximale de 3 768 équivalents 20 pieds, mais sa capacité est réduite afin de pouvoir rentrer au Port autonome de Papeete, pour cause de tirant d’eau.
    Mais comme à l’accoutumée, seulement 450 mouvements de  containers seront réalisés pour la Polynésie.
    “En gros, plus on met de grues, plus on va vite”, explique Jérôme Mangard. En effet, au lieu de se terminer vers 22 heures, le chargement d’hier s’est terminé vers 19 heures (avant que le bateau quitte le port une heure plus tard), avec seulement deux grues, dont cette dernière unité flambant neuve.

    Christophe Cozette

    HIRINAKE 2016-03-20 19:26:00
    Tres bien Sat Nui et le groupe Malmezac vous serez moins dependant de vos deux concurrents qui n'ont d'acconiers que le nom car ce sont plus des commercants sponsorises par les syndicalistes habituels vereux. a coup sur ils vont provoquer une nouvelle greve avec les pretextes qui vont avec, et surtout demander une augmentation des droits pour que le cocu-citoyen paie encore la note....
    Manhattan 2016-03-19 15:15:00
    Oui mais qui dit portiques dit consolidation des fondations et chemins de roulement sur toute la longueur du quai au long cours. Pas fini. Avant de sortir certains choses, faudrait faire une étude de faisabilité dans les limites du possible.
    F.LEGROS 2016-03-19 12:51:00
    Alors que les ports du monde entier utilisent des portiques de chargement/déchargement beaucoup plus productifs que les grues, nous on continue avec des grues !!! Le résultat c'est des temps de déchargement plus long des bateaux, donc un coût par conteneur supérieur, puisque le transporteur va inclure le coût de la durée d'immobilisation supérieure au Port de Papeete, dans son tarif de transport d'un conteneur à direction de Papeete. Et encore une fois c'est le consommateur qui en souffrira, puisque le prix "rendu magasin" de son produit sera plus cher et donc le prix de vente aussi !
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete